Concerts, La Scène, Musique symphonique

Gergiev & Salonen, le combat des chefs !

Plus de détails

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 08-IX-2009. Anders Hillborg (né en 1954) : Flood Dreams ; Jean Sibelius (1865-1957) : Symphonie n°5 en mi bémol majeur op. 82 ; Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : symphonie n°5 en mi mineur op. 64. Orchestre Symphonique de la Radio Suédoise, direction : Esa-Pekka Salonen & Valery Gergiev

Klara Festival

Ce second semestre 2009 est marqué par la présidence Suédoise de l’Union européenne ! Plus que d’autres pays, la Suède a toujours organisé, à Bruxelles, de nombreux évènements culturels dans ce cadre régulier ! En collaboration avec le Klara festival, le royaume scandinave présente une sélection de son Baltic Sea Festival qui illumine chaque fin d’été la vie musicale de Stockholm. Pour trois concerts, l’ est l’invité du Palais des Beaux-Arts sous les baguettes expertes de , et

Le premier concert, donné en présence la princesse Victoria de Suède, confrontait deux baguettes de luxe et deux chefs des extrêmes et . Dès lors, il était fascinant de comparer deux manières de diriger mais surtout deux manières de faire sonner l’orchestre. Gergiev privilégie un son puissant, souvent fort, très spectaculaire et basé sur des basses démonstratives alors que Salonen travaille plus un son mat avec des dynamiques très saillantes mais moins volontairement exemplaires que celles du chef russe ; c’est un peu l’optique «tremblement de terre» contre «l’éruption volcanique».

De la première partie, on peut oublier le Flood Dreams de sorte de compilation gratuite de tous les poncifs de la musique contemporaine : inspiration pseudo ethnique et déchaînement de décibels portés par les percussions. Le langage est certes accessible et simple, mais la fatuité de l’orchestration et des mélodies lasse, même si Salonen est enragé au pupitre de l’orchestre. De la Symphonie n°5 de , il faut retenir la beauté des phrasés et le sens de la construction. Souvent froid et distant dans certaines œuvres, le chef impose un Sibelius sanguin mais à l’écoute des nuances et des changements du discours : c’est le côté analytique rejoint par l’esprit des épopées nordiques !

Après la pause, le Tsar des podiums fait, comme souvent, briller Tchaïkovski. Parfois contestable, Gergiev reste l’un des plus importants interprètes des dernières symphonies de Tchaïkovski. On est donc en présence, d’une lecture conquérante, carrée, puissante (parfois trop !), mais toujours convaincante dans ses choix interprétatifs. L’, à défaut de posséder des couleurs russes, fait valoir sa précision et son harmonie particulièrement inspirée. Le public bruxellois et les nombreux officiels sont naturellement ravis et conquis.

Crédit photographique : Esa-Pekka Salonen © Nicho Södling

Plus de détails

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 08-IX-2009. Anders Hillborg (né en 1954) : Flood Dreams ; Jean Sibelius (1865-1957) : Symphonie n°5 en mi bémol majeur op. 82 ; Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : symphonie n°5 en mi mineur op. 64. Orchestre Symphonique de la Radio Suédoise, direction : Esa-Pekka Salonen & Valery Gergiev

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.