Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : intégrale des symphonies. Orchestre philharmonique de Berlin, direction : Sir Simon Rattle. 1 coffret de 3 CD EMI. Référence et code barre : 50999 267254 20. Enregistré en concert en octobre et novembre 2008. Notice de présentation en anglais, allemand et français. Durée : 165’32.

 

Ainsi donc, la voilà : la première intégrale symphonique d’une somme musicale majeure réalisée par depuis sa nomination au pupitre de la Philharmonie de Berlin. L’enjeu est aussi symbolique que risqué car le chef anglais doit affronter trois monuments discographiques et définitifs gravés avec cet orchestre : Jochum, Karajan et Abbado (tous pour DGG). Bien qu’essentiellement réputé pour ses interprétations du répertoire du XXe siècle et contemporain, Sir Simon pratique Brahms depuis longtemps ! À la tête de l’Orchestre de Birmingham, il partait souvent en tournée avec la Symphonie n°4 et l’auteur de ces lignes se souvient d’une superbe interprétation de cette œuvre entendue à Londres ! De plus, rompu aux pratiques sur instruments d’époque et aux respects des styles d’origine, on attendait du chef une «approche iconoclaste» comme se plait à le souligner la quatrième de couverture de ce coffret.

Pourtant, au fil des écoutes, le commentateur reste assez dubitatif ! Avant de rentrer en détail dans l’analyse de ce coffret, on peut dire que Rattle apparaît à la recherche d’un Brahms à la clarté instrumentale et mélodique absolue mais avec un orchestre au tel bagage brahmsien qu’il lui impose sa conception sonore et stylistique et, comme toujours, Rattle a trop tendance à privilégier la séquence ou la phrase sur le fond. Ce Brahms hybride reste malheureusement en dessous des grandes références et ne parvient pas à poursuivre l’optique des relectures dynamiques de Mackerras (Telarc) et Berglund (Teldec) à la tête d’orchestres de chambre, car à Berlin, Brahms reste visiblement une affaire de tutti !,

La Symphonie n°4 souffre particulièrement de cette multiplication des épisodes et peine à avancer particulièrement dans les mouvements pairs dont un «Andante moderato» très terre à terre. La Symphonie n°1 progresse avec allure mais sans le côté tellurique de ce maelström orchestral ; il est frappant de constater que Rattle est parfois pris en flagrant délit de manque d’idées comme au début du «Finale» avec adagio introductif sans tensions, ni mystères. Seule la Symphonie n°2 séduit par la justesse de ses tempis et avec un orchestre qui se plaît à s’écouter jouer avec même, parfois, trop d’enthousiasme. Mais Rattle réussit ici à unifier le discours et à allier le sens de la progression au sens de la respiration. La Symphonie n°3 est une synthèse des qualités et des défauts de cette somme : la pièce commence très bien avec un «allegro con brio», au tempo mesuré mais bien construit et parfaitement allant (même si l’on peut aller plus loin) mais, le soufflé retombe vite dès le mouvement suivant. Quant au célèbre «poco allegreto», il reste encore trop en retrait et linéaire.

Le point de satisfaction réside dans la plasticité de l’orchestre. Les commentateurs ont souvent émis des réserves sur la perfection technique de la mythique phalange dont le niveau ne serait plus aussi assuré qu’auparavant : un concert de la Saint-Sylvestre passablement raté et au débraillé orchestral inquiétant apportait quelques éléments à cette thèse. Force est pourtant de constater que la mécanique allemande, dans son cœur de répertoire, reste une incroyable machine de guerre.

Pour faire un bilan, ce Brahms analytique est certes, individuellement, présentable, mais, dans un tel contexte discographique, Sir ne peut monter sur les marches du podium. Les grandes références modernes restent, outre celles citées dans cet article : Haitink (à Amsterdam et Boston pour Philips) et Chailly (magistrale intégrale avec le Concertgebouw d’Amsterdam pour Decca). Ceux qui cherchent un Brahms plutôt polaire pourront acquérir ce coffret mais dans cet esprit le travail de Dohnanyi à Cleveland (Teldec) reste préférable pour un orchestre aux teintes plus froides et donc plus idiomatiques dans cette approche.

(Visited 349 times, 1 visits today)

Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : intégrale des symphonies. Orchestre philharmonique de Berlin, direction : Sir Simon Rattle. 1 coffret de 3 CD EMI. Référence et code barre : 50999 267254 20. Enregistré en concert en octobre et novembre 2008. Notice de présentation en anglais, allemand et français. Durée : 165’32.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.