Plus de détails

Arvo Pärt (né en 1935) : In Principio ; La Sindone ; Cecilia Vergine Romana ; Da Pacem Domine ; Mein Weg, Für Lennart in Memoriam. Estonian National Symphony Orchestra, Estonian Philarmonic Chamber Choir, Tallin Chamber Orchestra. Direction : Tõnu Kaljuste. 1 CD ECM 2050. Code barre 0 28947 66990 6. Enregistré à l’Estonian Concert Hall de Tallinn en juin 2008 et à l’Eglise Niguliste de Tallinn en mai 2007. Notice de présentation en anglais et allemand. Durée : 70’21’’


 

Alors qu’il était étudiant au Conservatoire de Tallinn, on disait d’ «qu’il n’avait qu’à secouer les manches de sa chemise pour que les notes en tombent». Avec cet album, le compositeur livre quelques-unes de ses pages sacrées parmi les plus inspirées de son œuvre.

Des compositions chorales qui emmènent l’auditeur aux portes de l’infini. Comme la plupart de ses dernières compositions, pioche son inspiration dans les textes bibliques, comme dans la pièce-titre qui reprend un texte de l’évangile de Jean : «Au début était le Verbe». A partir de ces vers, le compositeur construit un monde qui, partant du chaos, s’élabore peu à peu vers l’harmonie. Dans ces musiques planantes, éthérées, où le chœur mélange sa voix comme un instrument à l’orchestre, la sensation de se sentir enlevé par ces accords célestes est irrésistible. Etrangeté des sons, des combinaisons orchestrales qui comme des orgues irréelles emportent l’auditeur vers des mondes de couleurs et de lumières.

Si la baguette inspirée de Tõnu Kaljuste à la tête des phalanges estoniennes fait merveille, elle reste constamment sous la tutelle du compositeur présent lors de l’enregistrement. L’originalité des compositions d’Arvo Pärt, la complexité des rapports qu’il entretient avec les sons orchestraux en font un allié indispensable à la transmission de l’esprit de son œuvre.

Cecilia Vergine Romana, composition impressionniste, donne l’effet d’entrer subitement dans une basilique immense, décorée d’ors et de mosaïques. Peu à peu, l’ensemble laisse place aux détails, comme si une lumière éclairait soudain chacun des tableaux et des images sacrées qui habitent l’endroit. Puis dans la sérénité de la méditation, la perception du sacré qui habite le compositeur vous enveloppe peu à peu.

L’effet hypnotique de ces musiques est déroutant et magnifiquement relaté dans cet album, l’un des plus étranges de toute l’œuvre d’Arvo Pärt. A écouter seul, ou en totale adéquation avec la profonde spiritualité qui se dégage de ces musiques.

(Visited 133 times, 1 visits today)

Plus de détails

Arvo Pärt (né en 1935) : In Principio ; La Sindone ; Cecilia Vergine Romana ; Da Pacem Domine ; Mein Weg, Für Lennart in Memoriam. Estonian National Symphony Orchestra, Estonian Philarmonic Chamber Choir, Tallin Chamber Orchestra. Direction : Tõnu Kaljuste. 1 CD ECM 2050. Code barre 0 28947 66990 6. Enregistré à l’Estonian Concert Hall de Tallinn en juin 2008 et à l’Eglise Niguliste de Tallinn en mai 2007. Notice de présentation en anglais et allemand. Durée : 70’21’’


 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.