Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : sonates et partitas pour violon seul ; Antonio Vivaldi (1678-1741) : sonate pour violon n°2 en La, Op. 2 ; George Frideric Haendel (1685-1759) : sonate pour violon n°4 en ré, Op. 1 n°13 ; Giuseppe Tartini (1692-1770) : sonate pour violon en sol mineur « Il trillo del diavolo » (arrangement de Fritz Kreisler)  ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : sonate pour violon n°17 en ut K 296 ; sonate pour violon n°21 en Mi mineur K304 ; Ludwig van Beethoven (1770-1827) : sonate pour violon n°5 en fa, Op24 « Le printemps » ; sonate pour violon n°9 en la Op. 47 « Kreutzer » ; concerto pour violon en ré, Op. 61 ; romance n°1 en sol, Op. 40 ; romance n°2 en fa, Op. 50 ; Johannes Brahms (1833-1897) : concerto pour violon en ré, Op. 77 ; Piotr Illich Tchaïkovski (1840-1893) : concerto pour violon en ré, Op. 35, valse-scherzo Op. 34, souvenir d’un lieu cher, Op. 42 ; Alexander Glazounov (1865-1936)  : concerto pour violon en la mineur, Op. 82, Méditation Op. 32 ; Serge Prokofiev (1891-1953) : concerto pour violon n°1 en ré, Op. 19 ; Camille SaintSaens (1835-1921) : concerto pour violon n°3 en si mineur, Op. 61 ; Introduction et rondo capriccioso, Op. 28 ; Ernest Chausson (1855-1899) : Poème Op. 25 ; Antonin Dvorak (1841-1904) : concerto pour violon en la mineur, Op. 53 ; Felix Mendelssohn (1809-1847) : concerto pour violon en mi mineur, Op. 64 ; Max Bruch (1838-1920) : concerto pour violon n°1 en sol mineur, Op. 26. Pièces virtuoses de Serge Rachmaninov (1873-1943), Modest Moussorgsky (1839-1881), Nikolai RimskyKorsakov (1844-1908), Jules Massenet (1842-1912), Christoph Willibald Gluck (1714-1787), Frédéric Chopin (1810-1849), Manuel de Falla (1876-1946), Henryk Wieniawski (1835-1880), Claude Debussy (1862-1918), Pablo de Sarasate (1844-1908), Ottokar Novacek (1866-1908), Fritz Kreisler (1875-1962). Nathan Milstein, violon ; Leon Pommers, Artur Balsam, Rudolf Fikusny, piano ; Pittsburgh Symphony Orchestra, Philharmonia Orchestra, Saint Louis Symphony Orchestra, direction : Leon Barzin, William Steinberg, Anatole Fistoulari, Vladimir Goldchmann. 1 coffret de 8 CD EMI Collection Icon. Référence et code barre 50999 6 98667. Enregistré entre 1954 et 1964. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Durée : 10h10

 

La collection Icon d’Emi continue de remettre à disposition des collectionneurs les trésors du catalogue de la firme anglaise.

Natif d’Odessa, (1903-1992) étudie avec Piotr Stoljarski (qui est aussi le professeur de et de ) et de Leopold Auer (qui dispense son enseignement à Mischa Elman et ) lors de classes de maître données à Moscou. De retour à Odessa, le jeune virtuose survit tant bien que mal aux privations de la Russie révolutionnaire. En 1921, sa carrière prend un grand tournant : il croise, lors d’un concert à Kiev, le jeune . Déjà fêté et adulé, le pianiste se lie d’amitié avec le violoniste. Les deux musiciens se produisent en duo et sont acclamés par la presse ; un journaliste dans son enthousiasme les nomme : « Enfants de la révolution ». Pourtant, Milstein prend le temps d’édifier sa carrière en se ménageant des étapes et cherchant à améliorer son jeu : il écoute les conseils du virtuose belge .

En 1928, il se rend aux Etats-Unis et fait ses débuts, sous la direction de Stokowski, dans le concerto de Glazounov. C’est le début d’une nouvelle période faste avec de nombreux concerts de concertos mais une célébrité acquise grâce au trio qu’il forme avec et . Les trois acolytes se produisent ensemble jusqu’à la mort du violoncelliste, en 1976.

Après la seconde guerre mondiale, Milstein s’installe à Londres et se produit en Europe et aux Etats-Unis, évitant l’URSS où il ne remit jamais les pieds. Les enregistrements de ce coffret datent ce cette période comprise entre 1954 et 1964. Depuis 1945, le musicien joue avec un stradivarius de 1716 le « Goldmann » qu’il rebaptise « Marie-Thérèse », le prénom de son épouse. Le coffret EMI regroupe le « cœur » du répertoire de Milstein. En premier lieu, il faut saluer des sonates partitas de Bach d’une rigueur stylistique et d’une concentration maximale. Le concerto pour violon de Beethoven, connaît ici l’une de ses réalisations les plus définitives. Dans des tempi assez rapides et bien secondé par à la tête de l’orchestre de Pittsburgh, le violoniste donne une leçon de simplicité et de musique dans une œuvre qui torture toujours les jeunes générations d’artistes. Cette hauteur de vue et cette élégance musicale racée se retrouve dans les autres grands concertos du répertoire : Mendelssohn, Bruch, Brahms, Saint-Saëns, Dvorak. Le répertoire de Milstein était particulièrement conservateur et ses rares incursions dans la musique de son temps étaient réservées aux concertos de Prokofiev et à celui de Stravinsky (qu’il n’enregistra pas). Dans le concerto n°1 de Prokofiev, repris dans ce coffret, l’inspiration alliée à une perfection technique hors pairs imposent une référence discographique inévitable.

Mais c’est dans les pièces virtuoses que la classe de Milstein fait tout son effet. Toutes ces partitions de parade, souvent galvaudées par des interprétations faciles, sont servies ici par une élégance du geste soutenue par un fini instrumental capable de se jouer des pires difficultés d’écriture.

Ce coffret EMI est donc un jalon essentiel de l’art de l’interprétation et rend justice à un artiste aussi intègre qu’exceptionnel. Après un coffret Kreisler et maintenant Milstein, EMI nous doit un box Michael Rabin pour rendre grâce au talent d’un autre génie, bien oublié hélas, de l’interprétation.

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : sonates et partitas pour violon seul ; Antonio Vivaldi (1678-1741) : sonate pour violon n°2 en La, Op. 2 ; George Frideric Haendel (1685-1759) : sonate pour violon n°4 en ré, Op. 1 n°13 ; Giuseppe Tartini (1692-1770) : sonate pour violon en sol mineur « Il trillo del diavolo » (arrangement de Fritz Kreisler)  ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : sonate pour violon n°17 en ut K 296 ; sonate pour violon n°21 en Mi mineur K304 ; Ludwig van Beethoven (1770-1827) : sonate pour violon n°5 en fa, Op24 « Le printemps » ; sonate pour violon n°9 en la Op. 47 « Kreutzer » ; concerto pour violon en ré, Op. 61 ; romance n°1 en sol, Op. 40 ; romance n°2 en fa, Op. 50 ; Johannes Brahms (1833-1897) : concerto pour violon en ré, Op. 77 ; Piotr Illich Tchaïkovski (1840-1893) : concerto pour violon en ré, Op. 35, valse-scherzo Op. 34, souvenir d’un lieu cher, Op. 42 ; Alexander Glazounov (1865-1936)  : concerto pour violon en la mineur, Op. 82, Méditation Op. 32 ; Serge Prokofiev (1891-1953) : concerto pour violon n°1 en ré, Op. 19 ; Camille SaintSaens (1835-1921) : concerto pour violon n°3 en si mineur, Op. 61 ; Introduction et rondo capriccioso, Op. 28 ; Ernest Chausson (1855-1899) : Poème Op. 25 ; Antonin Dvorak (1841-1904) : concerto pour violon en la mineur, Op. 53 ; Felix Mendelssohn (1809-1847) : concerto pour violon en mi mineur, Op. 64 ; Max Bruch (1838-1920) : concerto pour violon n°1 en sol mineur, Op. 26. Pièces virtuoses de Serge Rachmaninov (1873-1943), Modest Moussorgsky (1839-1881), Nikolai RimskyKorsakov (1844-1908), Jules Massenet (1842-1912), Christoph Willibald Gluck (1714-1787), Frédéric Chopin (1810-1849), Manuel de Falla (1876-1946), Henryk Wieniawski (1835-1880), Claude Debussy (1862-1918), Pablo de Sarasate (1844-1908), Ottokar Novacek (1866-1908), Fritz Kreisler (1875-1962). Nathan Milstein, violon ; Leon Pommers, Artur Balsam, Rudolf Fikusny, piano ; Pittsburgh Symphony Orchestra, Philharmonia Orchestra, Saint Louis Symphony Orchestra, direction : Leon Barzin, William Steinberg, Anatole Fistoulari, Vladimir Goldchmann. 1 coffret de 8 CD EMI Collection Icon. Référence et code barre 50999 6 98667. Enregistré entre 1954 et 1964. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Durée : 10h10

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.