À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Redécouverte de l’essentiel pour flûte par Hugo Reyne

Plus de détails

Jean-Sébastien Bach (1685-1750) : Sonate en sol mineur BWV 1034 ; Sonate en fa majeur BWV 1033 ; Sonate en ré mineur BWV 997 ; Sonate en fa majeur BWV 1035 ; Sonate en sol mineur BWV 1030b. Hugo Reyne, flûte ; Pierre Hantaï, clavecin ; Emmanuelle Guigues, viole de gambe. 1 CD Mirare Réf : MIR 038. Code-barre : 3 760127 220381. Enregistrement au Temple de Lourmarin (Vaucluse), du 5 au 7 décembre 2006 et du 21 au 23 avril 2007. Notice trilingue (français-anglais-allemand). Durée totale : 70’00’’.

 

Pour les flûtistes aguerris comme pour les amateurs, elles sont la référence. Elles ont forgé notre sens musical, notre souffle, nos doigts. Pourtant, à l’écoute de l’interprétation donnée par Hugo Reynes, et , il semble que ces sonates de Bach n’auront jamais fini de révéler leurs secrets.

A défaut d’avoir laissé à la postérité un ensemble cohérent de sonates, comme c’est le cas pour les sonates pour violoncelle ou pour violon, les éditeurs de musique du XIXème siècle avaient eux-mêmes regroupés les sonates pour flûte, sans savoir qu’elles n’étaient pas toutes de Jean-Sébastien Bach. Choisissant de ne présenter que les sonates réellement écrites par lui, et non pas par son fils, Carl Philipp Emmanuel, le programme inclut également la suite BWV 997, œuvre peu jouée et peu enregistrée. Mais l’innovation réside surtout dans la transposition de ces sonates de la flûte traversière à la flûte à bec. Si cette pratique était fréquente à l’époque de Bach, peu nombreux sont les interprètes contemporains qui ont relevé le défi : seuls Brüggen et Leonhardt l’avaient fait, en 1976. Et, de fait, le timbre boisé de la flûte à bec, qui s’anime sous les doigts d’, apporte authenticité, simplicité et fraîcheur à ces sonates. Chacune d’elles nous éclaire sur un aspect particulier de la vie musicale de Bach. Ecrite pour un grand virtuose de la flûte, la sonate en sol mineur (BWV 1034) ouvre le récital. Le premier mouvement sonne magnifiquement dans les graves, nous plonge dès l’ouverture dans une réflexion sur le sens de la vie et le temps qui passe. En se délestant des affects trop souvent entendus, le jeu fluide, les intentions musicales d’Hugo Reynes mettent à jour toute la beauté du «discours musical» de Bach, notamment dans l’andante de la sonate BWV 1033 et dans tous les passages rapides. Les teintes sonores sont flamboyantes dans la sonate en fa majeur (BWV 1035), composée pour la Cour de Potsdam.

Il faut souligner la belle cohésion de l’ensemble : la flûte étant accompagnée à la basse de viole et au clavecin : discrets mais énergiques, ils sont des interlocuteurs d’importance, notamment dans la sonate en si mineur (BWV 1030). Dans celle-ci, la partie du dessus est ici jouée à la flûte ténor, ce qui est véritablement inédit. D’une portée métaphysique particulière, la succession de chaque mouvement représente le parcours spirituel de l’homme vers Dieu : la traversée de l’andante, tortueux, est un parcours semé d’embûches. Puis, de désolations en consolations, l’homme retrouve dans le largo la force d’affronter vie. C’est l’énergie de la fugue à trois voix et la gigue finale qui marque l’entrée et le déroulement de cette grande bataille.

Par ce programme, , et , ont réussi brillamment le défi de nous faire redécouvrir les trésors que recèlent ces sonates, pour notre plus grand plaisir.

(Visited 236 times, 1 visits today)

Plus de détails

Jean-Sébastien Bach (1685-1750) : Sonate en sol mineur BWV 1034 ; Sonate en fa majeur BWV 1033 ; Sonate en ré mineur BWV 997 ; Sonate en fa majeur BWV 1035 ; Sonate en sol mineur BWV 1030b. Hugo Reyne, flûte ; Pierre Hantaï, clavecin ; Emmanuelle Guigues, viole de gambe. 1 CD Mirare Réf : MIR 038. Code-barre : 3 760127 220381. Enregistrement au Temple de Lourmarin (Vaucluse), du 5 au 7 décembre 2006 et du 21 au 23 avril 2007. Notice trilingue (français-anglais-allemand). Durée totale : 70’00’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.