À emporter, Audio, Musique symphonique

Quand le chef se fait magicien !

Plus de détails

Salvatore Sciarrino (1947) : Variazioni, Allegoria della notte, Frammento e Adagio, Morte di Borromini, I fuochi oltre la ragione, Recitativo oscuro, Il suono e il tacere, Shadow of sound. Francesco Dillon, violoncelle ; Marco Rogliano, violon ; Mario Caroli, flute, Moni Ovadia, speaker ; Daniele Pollini, piano. Orchestre symphonique national de la RAI, direction : Tito Ceccherini. 3 CD Kairos 20505. Référence : 0012802KAI. LC10488. Code barre : 9 120010 281372. Enregistré en Octobre 2006 aux Studios Radiophoniques de la RAI de Turin. DDD. Notice plurilingue (allemand, anglais, italien, français). Durée : 52’16’’.

 

Sensibilité, élégance et justesse interprétative décrivent bien les caractéristiques musicales du chef d’orchestre italien , que l’on peut considérer comme l’interprète de référence des œuvres de . C’est grâce à lui que ce merveilleux coffret de trois disques consacrés aux œuvres orchestrales du compositeur sicilien a remporté, il y a quelques mois, le prix prestigieux prix italien Classic Voice.

Les concepts de bases et les «dispositions stylistiques» de la poétique de Sciarrino, sa prédilection pour des sonorités à la limite de l’audible ; l’attention au rapport «physiologique» entre l’instrumentiste et son instrument ; la définition d’un environnement sonore ouaté, obscure et énigmatique sont concrétisés dans cette anthologie d’œuvres dirigées de façon impeccable par Ceccherini qui, tel un sorcier des sons, tire des ambiances et des teintes inattendues de l’orchestre de la RAI.

L’aspiration intrinsèque du compositeur, sa perpétuelle recherche de l’infini semble être l’élément clé de l’interprétation du chef d’orchestre dont la conception d’un son qui découvre, articule et fait résonner l’espace, ouvre sur plusieurs possibilités d’écoute. A travers un langage «écologique», qui évoque la nature à proprement parler et notre environnement personnel, le son élaboré par Sciarrino exerce sur l’auditeur un pouvoir de compromission sentimentale. Un exemple en est : Shadow of sound où la flute avec ses cycles respiratoires nous introduit dans un monde sonore «quasi dématérialisé». L’évocation du vent à travers le souffle fait émerger des ombres sonores qui contribuent à l’élaboration d’une dialectique de la tension et distension et de la contraction et dilatation du temps. Cela confère une grande force dramatique à la trame musicale de cette œuvre et en général de toutes les œuvres du compositeur.

(Visited 170 times, 1 visits today)

Plus de détails

Salvatore Sciarrino (1947) : Variazioni, Allegoria della notte, Frammento e Adagio, Morte di Borromini, I fuochi oltre la ragione, Recitativo oscuro, Il suono e il tacere, Shadow of sound. Francesco Dillon, violoncelle ; Marco Rogliano, violon ; Mario Caroli, flute, Moni Ovadia, speaker ; Daniele Pollini, piano. Orchestre symphonique national de la RAI, direction : Tito Ceccherini. 3 CD Kairos 20505. Référence : 0012802KAI. LC10488. Code barre : 9 120010 281372. Enregistré en Octobre 2006 aux Studios Radiophoniques de la RAI de Turin. DDD. Notice plurilingue (allemand, anglais, italien, français). Durée : 52’16’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.