Banniere-ClefsResmu-ok

Monteverdi version instruments à vent par les Sacqueboutiers

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Claudio Monteverdi (1567-1643) : Il Combattimento di Tancredi e Clorinda. Alexander Gœhr (né en 1932) : Paraphrase pour clarinette solo sur Il Combattimento di Tancredi e Clorinda. Paolo Quagliati (1555-1628) : Carro di fedelta d’amore. Furio Zanassi, Testo ; Juan Sancho, Tancrède ; Adriana Fernandez, Clorinde ; Jean-François Verdier, clarinette. Les Sacqueboutiers. 1 CD Flora Flora 1709. Pas de code barre. Enregistré à la chapelle Saint-Romain de Moirans-en-Montagne (Franche-Comté). Dates d’enregistrement non précisées. Notice et traduction des textes en français. 62’39’’

 

En lieu et place des cordes usuellement employées, place aux cornets à bouquin et sacqueboutes pour ce Combattimento di Tancredi e Clorinda. Aucune transgression dans la volonté de , directeur des Sacqueboutiers : la partition ne mentionne pas d’impératif d’orchestration. Ainsi traité le Combattimento gagne en puissance dramatique. L’inteprétation des trois rôles par Furio Zanassi, et Adriana Fernandez ne fait qu’ajouter à la qualité de cet enregistrement. Voici un album qui peut affronter sans honte les versions dites «de référence» : Marco Beasley et l’Accordone (Cyprès), Christina Pluhar (Virgin), Gabriele Garrido (Harmonia Mundi) ou William Christie (Harmonia Mundi).

Le reste du programme comprend la curieuse Paraphrase pour clarinette solo sur Il Combattimento di Tancredi e Clorinda d’Alexander Gœhr. Pièce un peu longuette, qui ne puise pas dans la thématique musicale de son illustre exemple mais tente d’en faire ressortir les mêmes effets en suivant le même découpage dramatique. Malgré l’interprétation vaillante de , l’œuvre ne convainc pas. La dernière plage de ce CD est consacrée à un contemporain de Monteverdi, Paolo Quagliati, qui a officié à Rome. Carro di fedelta d’amore est d’une écriture bien plus sage, très harmonique, dans un style qui n’est pas sans rappeler l’économie de moyens de la Contre-Réforme. Cette heureuse découverte bénéficie des mêmes forces que Il Combattimento, transformant cette cantate en véritable opéra miniature.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.