Plus de détails

Vincent Lübeck (1654-1740) : Intégrale de l’œuvre pour orgue. Léon Berben à l’orgue Arp Schnitger (1689) de l’église Saint-Jacques de Hamburg, et à l’orgue Arp Schnitger (1709) de l’église Saint-Georges de Weener (Allemagne du Nord). 1 CD Aeolus AE 10571. Code barre 4026798105716. Enregistré en avril 2004 (Hamburg) et Mars 2009 (Weener). Livret trilingue français/anglais/allemand. Durée totale 69’48’’.

 

Dans l’Allemagne du Nord de la fin du XVII° siècle, est un compositeur et organiste « de réputation mondiale », comme le précise le facteur d’orgue Schnitger dans une lettre de 1716. Aux côtés de Buxtehude, Reincken, Weckman ou Bruhns, Lübeck fait effectivement figure d’un grand maitre, et fera carrière dans cette riche région hanséatique de Hamburg où il fut nommé organiste de l’église Saint-Nicolas qui renfermait alors le plus grand instrument de son temps aujourd’hui disparu : un grand quatre claviers de 67 jeux construit par Arp Schnitger. C’est cependant sur l’orgue de Stade, tout proche, que notre compositeur passera toute la première partie de sa vie, aux claviers d’un instrument somptueux, également construit par Schnitger, et dont les travaux attentifs de Jürgen Ahrend, ont permis d’en restituer de nos jours les sonorités originales : de nombreux disques en sont témoins.

Depuis les années soixante, une dizaine d’intégrales de l’œuvre d’orgue de ont vu le jour, souvent signées par de grands organistes sur les orgues historiques de cette région de l’Allemagne. Les mélomanes auront pu suivre depuis lors, l’évolution heureuse de l’interprétation de ce répertoire, en parallèle aux progrès réalisés dans le domaine de la facture d’orgue et des restaurations anciennes. Ainsi, nous disposons à ce jour d’une discographie importante, ce qui montre bien l’intérêt de cette musique dans le paysage de l’orgue baroque allemand. Il s’agit là d’une écriture savante, certes, mais vivante et vibrante. Tout comme ses contemporains, nous retrouvons les diverses formes qui nourrissent ce discours : Préludes et fugues, chorals divers, dont un grand choral-fantaisie de tout premier ordre, et des mouvements de danses.

propose sa vision sur deux orgues réputés : le grand Schnitger de Saint-Jacques de Hamburg, et un plus modeste orgue à Weener. Le disque débute avec le grand prélude et fugue en sol mineur à double pédale, chef d’œuvre absolu de Lübeck. Le grand orgue nous saisi d’entrée avec ses anches de pédale de 32 pieds et toute cette pâte sonore inimitable et inconnue sur nos orgues français. Le discours est large, témoin de toute cette pompe hanséatique, les plans sonores de l’orgue dialoguent harmonieusement depuis le positif tout devant, et le grand corps plus lointain, lui-même divisé en plusieurs sections. Une fois de plus, la prise de son de Christoph Frommen fait merveille, malgré l’acoustique rebelle de Saint-Jacques. Suivra un grand choral fantaisie de plus de treize minutes, somptueux, sur le thème « Ich ruf zu dir », paraphrasé plus tard par Bach dans son Orgelbüchlein.

La deuxième partie du disque fait appel à un orgue plus campagnard, à Weener, dont l’acoustique de l’église se rapproche d’avantage de Stade, où Lübeck fut organiste. C’est l’occasion de faire entendre entre autres, des œuvres destinées également au clavecin dont une splendide chaconne. Le jeu de , bien connu désormais des amateurs, fait une nouvelle fois merveille dans ce répertoire qui demande à la fois virilité et finesse du toucher. Tout ce que touche cet artiste a tendance à se transformer en or. Le label Aeolus nous annonce pour bientôt un enregistrement Sweelinck avec sur l’orgue de Tangermünde, c’est dire notre impatience.

Plus de détails

Vincent Lübeck (1654-1740) : Intégrale de l’œuvre pour orgue. Léon Berben à l’orgue Arp Schnitger (1689) de l’église Saint-Jacques de Hamburg, et à l’orgue Arp Schnitger (1709) de l’église Saint-Georges de Weener (Allemagne du Nord). 1 CD Aeolus AE 10571. Code barre 4026798105716. Enregistré en avril 2004 (Hamburg) et Mars 2009 (Weener). Livret trilingue français/anglais/allemand. Durée totale 69’48’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.