À emporter, CD, Musique symphonique

Renaud Capuçon en ré majeur

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : concerto pour violon en ré majeur, Op. 61 ; Erich Wolfgang Korngold (1897-1957) : concerto pour violon en ré majeur, Op. 35. Renaud Capuçon, violon ; Orchestre Philharmonique de Rotterdam, direction : Yannick Nézet-Séguin. 1 CD EMI. Référence et code barre : 5 099969 458903. Enregistré en juillet 2009. Notice de présentation en : anglais, français et allemand. Durée : 70’45

 

La mode des enregistrements du concerto pour violon de Beethoven ne cesse de faire des ravages et après Arabella Steinbacher et Jeanine Jansen, voilà , la jeune étoile du violon français et star people ! On pouvait se réjouire de retrouver à la baguette, une autre étoile montante des podiums qui nous a enchanté dans Ravel. Pourtant l’alchimie ne prend pas trop à cause d’une vision très plastique et esthétique, mais très classique. prend son temps pour tisser à , un écrin sonore chatoyant qui met en avant les superbes dialogues avec les bois de l’orchestre de Rotterdam. La sonorité généreuse de l’artiste français permet aux moindres phrases de resplendir avec générosité et jovialité musicale. Nuls doutes, les deux artistes sont heureux de faire de la musique et s’ébrouent, avec complicité, dans cette partition. Il n’empêche, l’oreille gavée de tant de versions légendaires, reste un peu sur sa faim et aimerait que de tels talents exceptionnels osent un peu plus…

Le concerto pour violon de Korngold connaît un regain de notoriété et il intéresse, de plus en plus, les jeunes virtuoses ! Venant après Znaider, Renaud Capuçon fait briller cette musique étincelante à la luxuriance sonore presque indécente et qui partage avec le concerto de Beethoven, la tonalité de ré majeur. Le chef répond avec efficacité et s’avère attentionné aux moindres nuances et variations de cette musique cinématographique et il se montre bien plus concerné qu’un Valery Gergiev incapable de servir un accompagnent décent à Znaider. Si l’on considère, l’inégalable disque de Gil Saham chez DGG, cette version est la meilleure version récente de la pièce.

Un beau disque qui vaut plus pour Korngold que pour Beethoven…

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : concerto pour violon en ré majeur, Op. 61 ; Erich Wolfgang Korngold (1897-1957) : concerto pour violon en ré majeur, Op. 35. Renaud Capuçon, violon ; Orchestre Philharmonique de Rotterdam, direction : Yannick Nézet-Séguin. 1 CD EMI. Référence et code barre : 5 099969 458903. Enregistré en juillet 2009. Notice de présentation en : anglais, français et allemand. Durée : 70’45

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.