À emporter, Audio, Opéra

Antonio Cagnoni : la vitalité de l’opéra bouffe

Plus de détails

Antonio Cagnoni (1828-1896) : Don Bucefalo, Filippo Morace, Don Bucefalo ; Angelica Girardi, Rosa ; Francesco Marsiglia, Il conte di Belprato ; Mizuki Date, Agata ; Francesca De Giorgi, Giannetta ; Massimiliano Silvestri, Carlino ; Graziano De Pace, Don Marco, Massimiliano Caldi, direction. Orchestre national d’Italie. 1 CD Dynamic CDS 634/1-2. Code barre : 8 007144 606343 ; Enregistré au Palazzo Ducale à Martina Franca (Italie) en juillet 2008. Notes et synopsis quadrilingue (italien, anglais, allemand, français). Durée totale : 107’ 13’’

 

Dynamic propose ici l’enregistrement d’un bijou d’opéra bouffe italien, Don Bucefalo de Cagnoni, représenté en 2008 au Festival della Valle d’Itria.

Dans le souci constant de faire vivre un répertoire oublié et de contrevenir à l’appauvrissement des programmations, le Festival n’hésite pas à présenter l’œuvre d’un compositeur trop souvent considéré aujourd’hui comme « mineur », malgré le succès qu’il connut de son temps. Son Don Bucefalo est une œuvre de jeunesse, (Cagnoni n’a que dix-neuf ans lorsqu’il présente son opéra), imprégnée de références à Rossini ou Donizetti sans pour autant marquer les esprits par des mélodies ou des arias reconnaissables entre mille. Pourtant, la représentation enregistrée démontre que la jeunesse, pour Cagnoni, « âme bien née », est loin d’être un désavantage ; bien au contraire, il sait, à sa manière, comment en apprendre aux plus grands.

C’est lors de son épreuve finale de composition au Conservatoire de Musique de Milan qu’, le 28 juin 1847, met en scène Don Bucefalo. Ce Melodramma giocoso en trois actes, avec un livret de Calisto Bassi, est inspiré de Le cantatrici villane de , dont la mise en musique de fut couronnée de succès en 1799. Dans un hameau italien, Don Bucefalo, compositeur inspiré, se présente aux villageois comme maître de chapelle et les convainc de leur apprendre à chanter. Cette opportunité est pour chacun l’occasion de parvenir à ses fins personnelles : pour Rosa, se faire épouser du Comte de Belprato, pour Agata ou Gianetta, susciter l’envie des autres paysannes. Mais ces leçons de chant excitent la jalousie des hommes, notamment de Carlino, un jeune militaire qui n’est autre que le mari de Rosa, revenu de la guerre et que l’on croyait mort. Celui-ci va cacher son identité et accélérer le dénouement final.

L’œuvre séduit par l’excellente mise en abîme et par cette prise de distance vis-à-vis de cette aventure qu’est la composition. Les amateurs d’humour musical trouvent largement de quoi rire aux larmes. L’un des passages les plus drôles reste celui de la scène de composition « Ingrata fantasia ! Tu m’abbandoni ! », où Don Bucefalo annonce, déclame puis chante l’air destiné à son élève, tout en donnant des indications à l’orchestre et en imitant la voix de soprane. L’effet comique est assez radical.

L’interprétation du baryton est vraiment extraordinaire, déployant des trésors d’humour, en tant que chanteur comme en tant qu’acteur. Sa diction est parfaite, nous faisant presque oublier que l’on ne parle pas l’italien… Il y a chez Cagnoni cet art de faire monter une énergie euphorique dans chacun de ses airs, notamment par la superposition progressive des timbres, des accélérations finales, des contrastes musicaux de dynamiques et de nuances. Il faut saluer, de manière générale, cette belle énergie et spontanéité des interprètes, les magnifiques envolées lyriques de Rosa par la soprane , notamment dans des passages romantiques comme dans l’air « Ah ! Colui che mi dice… », ou encore du timbre chaleureux de (le Conte).

Les échanges entre musiciens d’orchestre et chanteurs sont enlevés, le tout est dirigé par Massimiliano Caldi avec beaucoup de naturel, en laissant les mélodies vivre, et le discours se déployer, ce qui rehausse la fraîcheur du tout. Bref, c’est un programme chaleureux et pétillant, il n’y a qu’un seul regret, celui ne pas pouvoir découvrir un si bel opéra en DVD.

(Visited 140 times, 1 visits today)

Plus de détails

Antonio Cagnoni (1828-1896) : Don Bucefalo, Filippo Morace, Don Bucefalo ; Angelica Girardi, Rosa ; Francesco Marsiglia, Il conte di Belprato ; Mizuki Date, Agata ; Francesca De Giorgi, Giannetta ; Massimiliano Silvestri, Carlino ; Graziano De Pace, Don Marco, Massimiliano Caldi, direction. Orchestre national d’Italie. 1 CD Dynamic CDS 634/1-2. Code barre : 8 007144 606343 ; Enregistré au Palazzo Ducale à Martina Franca (Italie) en juillet 2008. Notes et synopsis quadrilingue (italien, anglais, allemand, français). Durée totale : 107’ 13’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.