Danse , La Scène, Spectacles Danse

Spectacle de l’École de Danse de l’Opéra National de Paris : une maturité lumineuse

Plus de détails

Paris. Palais Garnier. 13-IV-2010. : extraits divers  : Suite de danses, ballet en un acte ; Chorégraphie : Ivan Clustine, réglée par Pierre Lacotte ; Musique : Frédéric Chopin (1810-1849). Jean-Michel Damase (né en 1928) : Piège de lumière, ballet en trois tableaux ; Chorégraphie : John Taras, réglée par Élisabeth Platel assistée de Wilfried Romoli. Mikis Theodorakis (né en 1925) : Sept danses grecques ; Chorégraphie  : Maurice Béjart remontée par Michel Gascard ; Ecole de danse de l’Opéra National de Paris. Direction : Elisabeth Platel. Orchestre des lauréats du Conservatoire ; direction musicale : Marius Stieghorst

Un programme d’une grande cohérence artistique a été élaboré, pour cette série de représentations de spectacle de l’Ecole, par Mlle Platel, qui est directrice de cette institution depuis maintenant six ans.

Suite de danses, ballet emblématique de la troupe de l’Opéra, était représenté en 1977 par l’Ecole, et l’ensemble de pas académiques avec une recherche aboutie sur la création chorégraphique en fait un moment fort plaisant mettant en exergue les qualités propres à l’école de danse française : grâce, lyrisme, travail du bas de jambes ; sollicitées par la Polonaise d’ouverture et de clôture, les plus jeunes divisions, malgré un trac évident, développent toutefois une grande noblesse et une symétrie dans les figures qui témoignent de leur travail responsable. Le couple principal, en proie à des préparations de saut généreuses, un partenariat fin et une scrupulosité des pas, fait montre d’une grande musicalité et s’est octroyé un style tout à fait spécifique d’une époque post-romantique, et néanmoins à la gloire d’un genre perdu.

Le troisième ballet, Sept danses grecques, issu du répertoire de Béjart, expose l’amour des éléments terrestres, tels que la terre, la mer. Il est fort intéressant de constater combien certains élèves sont déjà familiers avec ce vocabulaire original, éloigné de la danse classique, et tout de même proche, par bien des aspects, des racines de la civilisation dans laquelle nous sommes ancrés.

C’est le deuxième ballet qui a le plus retenu notre attention, Piège de lumière, ballet que la directrice de l’Ecole avait dansé il y a vingt ans. Dans le style néoclassique américain, ce ballet narratif est une merveille d’inventivité sous tendue par une action soutenue. Des costumes flamboyants, un synopsis centré sur les protagonistes et un sujet fantastique sont les arceaux de ce petit bijou. Les jeunes artistes y sont stupéfiants d’aisance, contrastant singulièrement avec la raideur du premier ballet. Là se révèlent les personnalités et, débarrassés des oripeaux de la performance technique, les danseurs intriguent et émeuvent. Un ballet dont on se demande comment il n’a pu entrer au répertoire de la compagnie régulière, et au sortir de la représentation, à travers le prisme de la jeunesse, se pose la question de l’orientation artistique que prend la troupe que certains des élèves intègreront, sans nul doute, à la fin de la saison.

Crédit photographique : Ecole de danse de l’Opéra national de Paris © David Elofer

Plus de détails

Paris. Palais Garnier. 13-IV-2010. : extraits divers  : Suite de danses, ballet en un acte ; Chorégraphie : Ivan Clustine, réglée par Pierre Lacotte ; Musique : Frédéric Chopin (1810-1849). Jean-Michel Damase (né en 1928) : Piège de lumière, ballet en trois tableaux ; Chorégraphie : John Taras, réglée par Élisabeth Platel assistée de Wilfried Romoli. Mikis Theodorakis (né en 1925) : Sept danses grecques ; Chorégraphie  : Maurice Béjart remontée par Michel Gascard ; Ecole de danse de l’Opéra National de Paris. Direction : Elisabeth Platel. Orchestre des lauréats du Conservatoire ; direction musicale : Marius Stieghorst

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.