Antonín Dvořák par Witold Rowicki, l’intégrale oubliée

À emporter, CD, Musique symphonique

Antonín Dvořák (1841-1904) : intégrale des symphonies ; ouvertures : Carnaval, Op. 92. ; Mon pays natal, Op. 62 ; Othello, Op. 93 ; Hussite, Op. 67. London Symphony Orchestra, direction : Witold Rowicki. 1 coffret de 6 CD Decca. Référence : 478 2296. Code barre : 0 28947 82296 7. Enregistré entre 1965 et 1972. Notice de présentation en : anglais, français et allemand. Durée : 7h5’21’’

 

En matière de symphonies de Dvořák, le catalogue Universal se partage traditionnellement entre deux sommes gravées par Rafael Kubelik (DGG) et István Kertész (Decca) et l’on oublie presque toujours un autre coffret, de grande valeur, enregistré par le trop oublié à Londres, entre 1965 et 1972.

(1914-1989) fit l’essentiel de sa carrière est Pologne à la tête de l’orchestre philharmonique de Varsovie qu’il conduisit entre 1950 et 1977. Peu connu, de l’autre côté du rideau de fer à l’exception d’un bref passage au pupitre de l’orchestre de Bamberg dans les années 1980, le chef fut invité à Londres pour quelques sessions commandées par le label Philips.

L’attrait de ce somme réside dans la direction du chef qui vise une certaine rugosité des timbres mais alliée à un sens de l’architecture et de la narration. Ainsi les premières symphonies, plus faibles d’inspiration que les grands chefs d’œuvres des symphonies n°5 à n°9, sont cernées avec une poésie bourrue des montagnes. La symphonie n°3, l’un des sommets de ce coffret, est sublime par le sens naturel de ses teintes et de sa respiration pastorale. Si la concurrence est autrement plus relevée dans les symphonies célèbres, le chef tient son rang avec facilité par la cohérence de sa vision. Le symphonique de Londres, qui avait déjà travaillé toutes ces symphonies pour l’intégrale István Kertész (qui fut la première a enregistrer toutes les symphonies) se fait preuve d’une certaine familiarité avec ces partitions.

Ces enregistrements avaient déjà connu une première édition en CD à l’époque feu la collection « Philips Duo », la nouvelle édition, en petit coffret, permet, sur 5 CD, de proposer l’intégralité d’une sélection d’ouvertures gravées en complément de ces sessions symphoniques.

On tient ici, à prix économique, l’une des meilleures versions du catalogue avec les enregistrements d’István Kertész (Decca) et d’Otmar Suitner (Berlin Classics).

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.