L’Arpeggiata fête ses 10 ans : De la croix au paradis

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Via Crucis. Œuvres de Heinrich Ignaz Franz von Biber, Tarquinio Merula, Giovanni Legrenzi, Benedetto Ferrari, Luigi Rossi, Giovanni Felice Sances, Claudio Monteverdi, Lorenzo Allegri, traditionnels corses, auteurs anonymes. Nuria Rial, soprano ; Philippe Jaroussky, contretenor ; quatuor vocal Barbara Fortuna ; L’Arpeggiata, direction : Christina Pluhar. 1 CD + 1 DVD Virgin classics. Code-barre 5099960710703. Enregistré en août 2009 en la Chapelle de l’Hôpital Notre Dame du Bon-Secours, Paris. Livret trilingue (français, allemand, anglais). Durée totale CD 70’35’’et DVD 63’

 

fête ses 10 ans ! propose, à cette occasion, un programme autour de la Passion du Christ dans lequel se mêle musique savante baroque et musique traditionnelle du bassin méditerranéen.

On ne se lasse pas de ce métissage quand il est servi par de tels interprètes : les voix de et de se fondent dans Lumi potete piangere (Giovanni Legrenzi) sans dolorisme excessif. L’ensemble corse Barbara Fortuna est déchirant dans un Stabat Mater traditionnel tout comme dans Maria, inspiré de la Carpinese. Voilà de la musique populaire au sens propre du terme. Festive ou doloriste, elle touche le cœur ! C’est la compassion qui s’exprime plus que la souffrance… C’est, justement, ce regard décalé sur la Passion du Christ, de la croix vers le paradis, qui est intéressant. Cela donne quelques surprises musicales comme cette version du Laudate Dominum de , introduite par le psaltérion d’Élisabeth Seitz.

La prise de son de Nicolas Bartholomée (une référence) est excellente, l’instrumentarium également. Le CD est accompagné d’un livret bien constitué (en plusieurs langues pour les polyglottes !) rare chez une major et d’un DVD bonus à l’occasion des 10 ans de .

Ce DVD est remarquable à la fois sur le plan musical et sur le plan humain. Il reflète l’ambiance du groupe artistique et montre la relation festive qu’il crée avec le public. La Ciaccona di Paradiso e dell’Inferno est exemplaire. Vue plus de 100 000 fois sur You Tube, il s’agit du quatrième bis du concert donné au festival d’Ambronay 2008. On y voit , le cornettiste Doron David Sherwin et chanter et jouer avec beaucoup d’humour pour le plus grand plaisir du public et de… . Une bien belle façon d’illustrer les paroles de cette Ciaccona : « Oh, qu’il est bon d’être au Paradis, où l’on ne vit que dans les fêtes et les rires, en voyant le visage de Dieu sans voile ! Oh, qu’il est bon d’être au Paradis ! »

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.