À emporter, Essais et documents, Livre

B.A.-BA Opéra, l’opéra à portée de tous…

Plus de détails

B.A.-BA Opéra. Jacques Viret. Editions Pardès, Paris. 128 pages. 12€. ISBN : 9782867 144394. Dépôt légal : décembre 2009.

 

Les Clefs ResMusica

Après le B. A. -BA chant grégorien, B. A. -BA musique médiévale, B. A. -BA musicothérapie et dernièrement l’excellent B. A. -BA musique baroque, Jacques Viret sort B. A. -BA Opéra, petit ouvrage qui, en 128 pages, donne les clés essentielles pour appréhender un genre assez prisé du public, mais pas forcément bien connu.

Jacques Viret fait à nouveau preuve à la fois d’érudition et d’un sens didactique indéniable comme l’attestent éloquemment les quatre chapitres développés (Le théâtre chanté, brève histoire de l’opéra, de l’enfer aux étoiles : les ailes du chant, les œuvres : synopsis résumés) auxquels s’ajoutent un utile glossaire, une sélection des chanteurs légendaires au XXe siècle (Caruso, Schwarzkopf…) ainsi que les hauts lieux du théâtre lyrique (La Fenice, Covent Garden…). Sans oublier également une bibliographie sélective et les sites internet importants consacrés à l’opéra, le tout illustré joliment et intelligemment par des photos extraites de spectacles ou encore des gravures, peintures et photos anciennes.

L’auteur évoque, dans ses multiples sous-chapitres courts, ciselés, bien illustrés et clairement explicités, les problèmes majeurs liés à l’opéra, comme, bien évidemment, celui des liens entre la musique et le texte dans leur contexte historique : «L’opera in musica, «œuvre en musique», naît en concomitance avec un nouvel art de la parole». Et que ce soit parlé, déclamé, chanté, les textes ont besoin d’interprètes dont les rencontres donnent parfois des résultats aussi tragiques que ceux des personnages qu’ils incarnent sur scène. En témoignent les mésaventures d’Adolphe Nourrit qui, faute d’arriver à égaler son rival Joseph Legros «sombre dans la folie et se suicidera en 1839.» Une fin opératique par excellence…

Bien évidemment, les problèmes de mise en scène sont abordés, toujours de manière vivante sans oublier l’évolution historique : «Jusqu’à Wagner inclus, on en mettait plein la vue au spectateur. La tendance inverse, au dépouillement et à l’abstraction, n’émergera dans les mises en scène que vers 1900 et s’imposera vers 1950 avec le «nouveau Bayreuth», influencé par le théoricien Adolphe Appia.» Et la place du metteur en scène dans tout cela ? Jacques Viret pose la question et, comme à chaque fois, donne des éléments de réponse : «Quelques metteurs en scène, tout de même, respectent les œuvres. Une créativité intelligente n’est pas à condamner : la projection de vidéos dans l’espace scénique notamment permet de beaux effets. Entre la routine et l’extravagance, l’ennui et le délire, il y a de la marge…». D’autant que les œuvres offrent des thèmes qui font travailler la mémoire et l’imagination, et ce, de manière récurrente, que ce soit à travers les mythes, les légendes ou les romans dont leurs intrigues sont issues et que Jacques Viret explicite toujours précisément, laissant toujours une place à la magie du rêve, si opératique elle-aussi…

Au total, un «grand petit livre» qui offre une vue panoramique bien détaillée, colorée et riche. De la diffusion de savoir vraiment intelligente et bien faite. La question à poser aux éditions Pardès : à quand le B. A. -BA Musique classique et celui sur la musique romantique par l’érudit Jacques Viret ?

Plus de détails

B.A.-BA Opéra. Jacques Viret. Editions Pardès, Paris. 128 pages. 12€. ISBN : 9782867 144394. Dépôt légal : décembre 2009.

 

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.