Festivals, La Scène, Musique de chambre et récital

Nouveau duo Renaud Capuçon & Khatia Buniatishvili

Plus de détails

Saint-Denis, Maison de la Légion d’honneur. 09-VI-2010. Béla Bartók (1881-1945) : Sonate pour violon et piano n°2 Sz76 ; Johannes Brahms (1833-1897) : Sonate pour violon et piano n°2 en la majeur op. 100  ; César Franck (1822-1890) : Sonate pour violon et piano en la majeur. Renaud Capuçon, violon ; Khatia Buniatishvili, piano

Festival de Saint-Denis

Ce fut un superbe concert. , jeune pianiste géorgienne née en 1987, déjà très remarquée à La Roque d’Anthéron, à Verbier et sur d’autres scènes internationales, a offert une belle prestation, empreinte à la fois de fraîcheur juvénile et de maturité. Son jeu, naturel et profond, égale à l’archet de que l’on considère aujourd’hui comme l’un des plus accomplis de sa génération.

Le concert s’ouvre avec la Sonate n°2 de Bartók, une œuvre à motifs rythmiques et mélodiques très variés, tel un patchwork, donc assez difficile à agencer, mais les deux interprètes, musicalement très proches, l’exécutent avec une aisance étonnante. Dans Brahms, après l’élégance du premier mouvement, nous avons surtout apprécié le deuxième mouvement : ils caractérisent les deux parties très distinctement – l’Andante, large et généreux d’un côté, et de l’autre, le Vivace, pétillant et fringant –, mais les font alterner de manière très naturelle. Le troisième mouvement est également magistral, exprimant avec profondeur les tourments brahmsiens.

Après l’entracte, la Sonate en la majeur de Franck est peut-être moins réussie que celle de Brahms (notamment en raison d’une légère tendance à la précipitation sur certains passages de piano), mais n’en est pas moins passionnée et fougueuse, ce qui suscite un vif enthousiasme chez les spectateurs. Aux applaudissements, ils ont joué un bis, un arrangement de Rêverie, extraite des Scènes d’enfants, de Schumann (bicentenaire oblige !).

A en juger par ce concert, et semblent respirer le même air artistique et tirer mutuellement profit de leur talent respectif, ce qui donne une création très fructueuse. Nous aimerions beaucoup les entendre dans d’autres répertoires.

Crédit photographique : Renaud Capuçon © Simon Fowler / Virgin Classics

Plus de détails

Saint-Denis, Maison de la Légion d’honneur. 09-VI-2010. Béla Bartók (1881-1945) : Sonate pour violon et piano n°2 Sz76 ; Johannes Brahms (1833-1897) : Sonate pour violon et piano n°2 en la majeur op. 100  ; César Franck (1822-1890) : Sonate pour violon et piano en la majeur. Renaud Capuçon, violon ; Khatia Buniatishvili, piano

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.