bandeau RES MUSICA

Vladimir Horowitz : The Legendary Berlin Concert

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Domenico Scarlatti (1685-1757) : Sonates pour piano K. 87, K. 380, K. 135. Robert Schumann (1810-1856) : Kreisleriana Op. 16 ; Trämerei extrait des Scènes d’enfants Op. 15. Franz Liszt (1811-1886) : Valse caprice d’après Schubert ; Sonnet de Pétrarque n°104 ; Valse oubliée n°1. Serge Rachmaninov (1873-1943) : Prélude Op. 32 n°5 et n°12. Alexandre Scriabine (1872-1915) : Etudes Op. 2 n°1 et Op. 8 n°12. Frédéric Chopin (1810-1849) : Mazurka Op. 17 n°4 et Op. 7 n°3 ; Polonaise Op. 53. Moritz Moszkowski (1854-1925) : Etincelles, extrait de Huit morceaux caractéristiques Op. 36. Vladimir Horowitz, piano. 2 CD Sony 88697527082. Code barre : 8 8697527082 8. Enregistré à la Philharmonie de Berlin le 18 mai 1986. Notice en anglais. Durée : 90’56’’

 

Ce double album Sony est un vrai faux événement car, si le concert reproduit ici est effectivement inédit, il fait partie de la série de concert que donna en Europe au même moment, avec un programme très proche, et notamment celui de Moscou dont DGG assura la publication. Néanmoins, s’agissant là des derniers (à l’exception des enregistrements DGG de 1987 et 1989) témoignages de ce légendaire pianiste, et si on se replace dans le contexte de l’époque, ce concert berlinois est un authentique événement.

Car il faut se rappeler que avait renoncé à se produire en Europe pendant de nombreuses années et ce n’est que dans les années 1980, à Londres d’abord, puis Paris (ceux qui ont eu la chance d’y être s’en souviennent encore), jusqu’à la série de concerts qui nous occupent ici, qu’il revint sur le vieux continent. Inutile de préciser l’engouement que procurèrent ces concerts, et qu’à chaque fois la salle était archicomble, avec «standing ovation» dès l’arrivée sur scène du pianiste. Le programme des concerts étaient très caractéristique des choix d’Horowitz, où on sentait qu’il voulait jouer surtout pour le plaisir, le sien et celui du public, avec des œuvres choisies hors des monstres sacrés du répertoires, en général assez courtes, parfois centrées autour d’une œuvre de plus grande envergure appartenant à la légende Horowitz, ici le Kreisleriana de Schumann. Et justement, s’il y a une petite déception dans cet album, c’est bien ce Kreisleriana qui a perdu la souveraineté des enregistrements de légende de la grande époque CBS/Sony. Partition en main on avouera avoir été une ou deux fois largué par ce qui sembla être un léger zapping du pianiste dans une œuvre à l’évidente difficulté. Mais il avait été tellement génial dans cette œuvre qu’on lui pardonnera, arrivé à 83 ans, de ne pas réussir à reproduire encore une fois l’exceptionnel.

Mais du coup, nous voilà en quelque sorte privé de plat de résistance. Ne restent donc que de courtes pièces à nous mettre sous la dent, la plus longue étant la Polonaise Op. 53 de Chopin. On ne fera toutefois pas la fine bouche devant ces morceaux choisis où le plaisir d’entendre du fabuleux piano reste intact. Et on y retrouve l’art unique qu’avait ce pianiste pour faire sonner son instrument sur toute l’étendue du spectre tonal et dynamique et l’imagination qu’il savait mettre dans ses phrasés. La prise de son live est d’ailleurs très bonne et permet d’en profiter pleinement. Il faut bien sûr prendre ce concert pour ce qu’il est, comme un récital avant tout ludique, pour le plaisir, comme l’a fait le public présent dans la grande salle de la Philharmonie de Berlin dont on sent parfaitement la connivence avec l’artiste (les applaudissements sont conservés), jusqu’à la «plaisanterie» finale constituée par Etincelles de Moszkowski, troisième et dernier bis de ce concert.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.