À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Der Tod Jesu de Graun, une redécouverte salutaire

Plus de détails

Carl Heinrich Graun (c. 1704-1759) : Der Tod Jesu. Mária Zádori, Márta Fers, sopranos ; Martin Klietmann, ténor ; Klaus Mertens, basse ; Kammerchor Cantamus Halle ; Capella Savaria, direction Pál Németh. 1 CD Hungaroton Classic HCD 32679. Code barre : 5991813267924. Enregistré en octobre 1991. Livret quadrilingue (hongrois, français, anglais, allemand). Durée : 78’30

 

Les Clefs ResMusica

C’est sous étiquette Quintana / Harmonia Mundi que fut publié initialement cet enregistrement de la passion Der Tod Jesu de qui ressort près de vingt ans plus tard chez Hungaroton. On ne peut pas dire que les œuvres de ce compositeur allemand de la première moitié du XVIIIe siècle encombrent les bacs des disquaires et encore moins les salles de concert. Pourtant de son temps, il fut au service du prince héritier de Prusse qui, devenu Frédéric le Grand, le nomma maître de chapelle, un poste qu’il occupa jusqu’à sa mort en 1759. Auteur de nombreux opéras en italien (Cleopatra e Cesare, Montezuma…), Graun est surtout resté célèbre pour cet oratorio Der Tod Jesu, qui a pris le relais des passions de JS. Bach en période pascale en Allemagne entre sa création en 1755 et 1884 ! Contrairement au Cantor de Leipzig, Graun ne s’appuie pas sur les Evangiles mais sur un texte de Carl Wilhelm Ramler. Le récit de la Passion est vu à travers les yeux de la foule anonyme qui commente l’action. L’œuvre se compose de chorals et de chœurs homophoniques et fugués, de récitatifs accompagnés et d’airs virtuoses (plus un duo) qui regardent clairement vers l’opéra. À cheval entre la période baroque et les débuts de l’époque classique, cette musique de Graun est bien rendue par les artistes de cette version. Le chef opte pour des tempos allants qui gomment un peu l’aspect religieux de l’œuvre, notamment dans les chorals. Le chœur et les solistes (surtout le ténor) ne sont pas exempts d’approximations dans la justesse, la mise en place mais l’investissement, la conviction des différents interprètes est audible. Une mention particulière pour la clarté et la fraîcheur de la voix de la soprano Mária Zádori, très sollicitée dans l’œuvre, mais aussi pour la beauté du timbre de baryton-basse de , ainsi que son engagement expressif.

Une œuvre loin d’être anecdotique, dans une interprétation de bonne tenue qui mérite qu’on y jette une oreille attentive.

(Visited 290 times, 1 visits today)

Plus de détails

Carl Heinrich Graun (c. 1704-1759) : Der Tod Jesu. Mária Zádori, Márta Fers, sopranos ; Martin Klietmann, ténor ; Klaus Mertens, basse ; Kammerchor Cantamus Halle ; Capella Savaria, direction Pál Németh. 1 CD Hungaroton Classic HCD 32679. Code barre : 5991813267924. Enregistré en octobre 1991. Livret quadrilingue (hongrois, français, anglais, allemand). Durée : 78’30

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.