Danse , La Scène, Spectacles Danse

Rock the Ballet, une rafale d’énergie au Casino de Paris !

Plus de détails

Paris. Casino de Paris. 21-X-2010. Bad Boys of Dance : Rock the Ballet. Direction : Rasta Thomas. Directrice associée : Adrienne Canterna-Thomas. Maître de ballet : Deborah Engerman. Maître de scène : Lutin Tanner. Régisseur lumière : Ashley Day. Vidéo et projection : William Cusick. Costumes : Sally Canterna. Musique enregistrée.

La compagnie Bad Boys of Dance a été fondée en 2007 par , ancien danseur de formation classique qui a interprété nombre de grands rôles du répertoire.

Il explique ainsi le processus de création de sa compagnie, devenu depuis un véritable phénomène mondial : «J’en avais assez de ne pas être poussé jusqu’à mes limites dans tous les aspects de mon art. J’ai besoin d’être satisfait non seulement par les pas de danse, mais aussi par l’émotion, la mise en scène et par quelque chose d’unique. Je ne connaissais pas une seule compagnie capable de m’apporter tout cela… d’où la création de Bad Boys of Dance». Le concept du spectacle n’est pas novateur, mais est efficace : il s’agit de fusionner les techniques du ballet, du jazz, du hip hop, des claquettes, de l’acrobatie et des arts martiaux, le tout saupoudré de tubes mondialement connus. Les chorégraphies sont étayées de projections vidéos assez inventives, lesquelles accentuent encore l’effet survolté et interactif de l’ensemble. Les danseurs, tous issus de compagnies classiques, possèdent une solide technique qu’ils utilisent au gré de leurs folles inventions scéniques. Ils savent tout faire : arabesques, pirouettes, sauts de chat, moonwalk, saltos et bien plus encore. Certes, certains tableaux présentent une impression de «déjà-vu», voire de facilité. Mais, paradoxalement, c’est ce qui permet de fédérer danseurs et publics autour de grands thèmes facilement appropriables par tous.

l’a dit et répété : il souhaite que le grand public puisse s’intéresser à la danse et construit ses ballets dans cette optique de démocratisation de la technique classique. L’humour se veut également très présent, l’interactivité avec le public semblant là-encore primer par-dessus tout. Ces tornades visuelles et chorégraphiques offrent au public un véritable «show» d’une heure trente : conserver une ambiance explosive du début jusqu’à la fin semble l’une des clés de la réussite du concept. L’énergie des danseurs est, de ce point de vue, assez stupéfiante. Et si certaines parties du spectacle n’évitent pas l’écueil du «jeunisme», l’ensemble reste efficace, et plaît visiblement au public qui, sous les ors du Casino de Paris, a manifesté un accueil plus que triomphal à ces Bad Boys of Dance. Phénoménal on vous dit…

Crédit photographique : © DR

(Visited 460 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Casino de Paris. 21-X-2010. Bad Boys of Dance : Rock the Ballet. Direction : Rasta Thomas. Directrice associée : Adrienne Canterna-Thomas. Maître de ballet : Deborah Engerman. Maître de scène : Lutin Tanner. Régisseur lumière : Ashley Day. Vidéo et projection : William Cusick. Costumes : Sally Canterna. Musique enregistrée.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.