À emporter, CD, Musique d'ensemble

Clairvaux : Or, les murs. Paroles de prisonniers et de moines

Plus de détails

Thierry Machuel (né en 1962) : Paroles contre l’oubli pour chœur de chambre a cappella ; Nocturnes de Clairvaux pour chœur de chambre a cappella ; Chants de captivité pour violon et piano ; Leçons de ténèbres pour violon, alto et violoncelle ; Lebensfuge pour piano à quatre mains. Les Cris de Paris (chef de chœur : Geoffroy Jourdain) ; François-René Duchâble, Thierry Machuel, piano ; Régis Pasquier, violon ; Bruno Pasquier, alto ; Roland Pidoux, violoncelle. 2 CD Aeon. Code barre 3 76 0058 360927. Enregistrement de concert les 25 et 29 septembre 2009 à l’abbaye de Clairvaux. Livret et textes bilingue (français, anglais). Durée totale : 1 h 39’11. + 1 DVD Or les murs (2009). Chœur Mikrokosmos (chef de chœur : Loïc Pierre). Réalisation : Julien Sallé. Sous-titrages Français, Anglais. Format 4/3. Bonus : Lebensfuge. Durée : 60’

 

Les Clefs ResMusica

C’est un bouleversant témoignage d’un humanisme profond que nous livre avec ce double CD vocal et instrumental, assorti d’un film en DVD de Julien Sallé sur une expérience inédite avec des détenus de la centrale de Clairvaux. En pleine cohérence avec le questionnement patrimonial actuel, le compositeur embrasse le site historique dans sa complexité doublement liée à l’enfermement. Le haut lieu spirituel fondé au XIIe siècle par saint Bernard, cohabite depuis deux cents ans avec une maison centrale, considérée comme l’une des pires de France, pour détenus de longues peines. Si une prison moderne a été construite à côté de l’ancienne abbaye, il y a plusieurs décennies, celle-ci a longtemps abrité les détenus et il s’agit aujourd’hui de conserver cette mémoire inscrite comme une plaie dans ces vénérables bâtiments. Dans son fameux discours contre la peine de mort, Victor Hugo dénonçait avec virulence «une abbaye dont on a fait une bastille»…

Avec deux œuvres chorales a cappella et trois œuvres instrumentales, ce riche coffret propose le fruit d’un long travail mené au sein d’ateliers d’écriture avec les détenus, animés par le compositeur. On recommandera d’ailleurs de commencer ce voyage au bout de l’humanité par la vision du documentaire de Julien Sallé Or les murs, sur ces ateliers d’écriture. Cette démarche d’accompagnement sur le contexte de création des textes permet d’entrer plus aisément dans les deux œuvres chorales qui s’en nourrissent : Paroles contre l’oubli et Nocturnes de Clairvaux pour chœur de chambre a cappella.

Sans nier les raisons qui les ont amenées là, ce travail en profondeur vise à souligner l’humanité des personnes enfermées. Le film et le programme musical posent la question du regard que la société civile peut porter sur les pensionnaires de ses prisons, qu’ils y soient de façon temporaire ou définitive. S’agit-il d’un ressentiment, d’un mépris ou au contraire d’un regard de compréhension laissant la place au pardon et ouvrant à la compassion ? Une chance peut-elle être laissée à ceux qui témoignent de leur humanité et souhaitent s’amender en acceptant le verdict de la société ? Tel est le sens des textes puissants de Paroles contre l’oubli. Au-delà d’une réelle force poétique des textes, le compositeur s’est imprégné de l’univers carcéral.

À la façon d’un manifeste, considère que ce travail audacieux démontre une fois de plus que l’art et la culture peuvent rendre à chacun la dignité humaine à laquelle tout homme a droit. L’influence du plain chant est très présente dans la musique de , qui s’adapte aussi à cet univers particulier par un rythme saccadé du mot associé à des ruptures de frappements de pieds, d’injonctions de prétoire (le tribunal disciplinaire interne de la prison) et de claquements de verrous. Cette litanie de souffrances réelles provoque une vive émotion et l’auditeur prend ces Paroles contre l’oubli comme une véritable claque en pleine figure.

Plus apaisés les Nocturnes de Clairvaux associent la voix des détenus à celle de quelques moines de Cîteaux, qui vivent un enfermement volontaire différent, dont l’histoire est naturellement liée à celle de Clairvaux. Il ne faut pas oublier qu’en fondant l’abbaye de Clairvaux, Bernard venait de Cîteaux et malgré sa très forte personnalité, il a placé son abbaye dans l’ordre de Cîteaux. Plus harmonique, la musique se fait parfois planante sur de longs mélismes. Dirigé avec grande justesse par , le chœur trouve une grande affinité avec cette musique que l’on peut rapprocher de la tradition vocale scandinave, surtout avec le Chœur final des Nocturnes de Clairvaux. La grande homogénéité de l’ensemble laisse la place à de belles interventions solistes, tandis que la diction s’avère d’une grande clarté.

Le second disque instrumental nous vaut le plaisir de retrouver au piano qu’il n’a jamais quitté, dans une action sociale qui lui est chère depuis fort longtemps. Avec au violon, il rejoint avec un grand raffinement une certaine tradition de la musique de chambre française dans les sept Chants de captivité, qui évoquent l’univers sonore de Debussy ou Roussel. Les leçons de ténèbres pour violon, alto et violoncelle concèdent une touche impressionniste avec quelques accents ravéliens. partage le piano avec le compositeur pour le sombre Lebensfuge qu’éclaire toutefois d’une note d’espoir la toccata finale.

Plus de détails

Thierry Machuel (né en 1962) : Paroles contre l’oubli pour chœur de chambre a cappella ; Nocturnes de Clairvaux pour chœur de chambre a cappella ; Chants de captivité pour violon et piano ; Leçons de ténèbres pour violon, alto et violoncelle ; Lebensfuge pour piano à quatre mains. Les Cris de Paris (chef de chœur : Geoffroy Jourdain) ; François-René Duchâble, Thierry Machuel, piano ; Régis Pasquier, violon ; Bruno Pasquier, alto ; Roland Pidoux, violoncelle. 2 CD Aeon. Code barre 3 76 0058 360927. Enregistrement de concert les 25 et 29 septembre 2009 à l’abbaye de Clairvaux. Livret et textes bilingue (français, anglais). Durée totale : 1 h 39’11. + 1 DVD Or les murs (2009). Chœur Mikrokosmos (chef de chœur : Loïc Pierre). Réalisation : Julien Sallé. Sous-titrages Français, Anglais. Format 4/3. Bonus : Lebensfuge. Durée : 60’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.