À emporter, CD, Musique d'ensemble

Quand Raphaël Pichon rajeunit Bach

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Messes brèves BWV 233 & 236. Eugénie Warnier, soprano ; Terry Wey, alto ; Emilio Gonzalez-Toro, ténor ; Christian Immler, basse. Ensemble Pygmalion, direction : Raphaël Pichon. 1 CD Alpha 170. Code barre : 3760014191701. Enregistré en octobre 2009. Livret bilingue (français, anglais). Durée totale : 60’43’’

 

Les Clefs ResMusica

On l’attendait ! Après le premier CD de Pygmalion consacré aux Messes brèves BWV 234 et 235 de , voici son second disque avec, au programme, les deux autres messes brèves BWV 233 & 236. Il est toujours important, quel que soit le domaine, de confirmer un premier succès. Eh bien, c’est fait ! Et bien fait. «Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années.». Corneille l’a écrit et le démontre. Ce jeune chef de 26 ans a su s’entourer d’une équipe d’amis musiciens de sa génération pour donner élan, tonicité et lumière à ces messes trop rarement à l’honneur.

Comme souvent à l’époque, Bach a repris un certain nombre d’éléments dans ses propres œuvres pour créer d’autres pièces. Et l’on sait à quel rythme de composition il était soumis. S’il fallait citer un seul exemple de réussite musicale, ce serait, sans conteste, le Gloria de la messe BWV 233 : l’agilité vocale du chœur, bien soutenu par les cors, se joue des doubles-croches de la fugue. L’énergie de l’ensemble est sans faille, la musicalité est exemplaire. C’est jubilatoire, dansant et… lisible. Bref, un respect total du texte et de la musique du Cantor irradiée par la jeunesse des voix

Les solistes font (bien) le métier. Parfaitement dans l’esprit insufflé par  : jamais vedettes, ils apparaissent comme sortis du chœur. La même couleur, la même musicalité, la même simplicité. Et c’est là l’une des qualités principales de l’interprétation de Pygmalion : l’homogénéité artistique. En complément de programme, on trouve le motet O Jesu Christ, meins lebens Licht BWV 118. Ici, point de jubilation mais du recueillement. La mort est là ; elle est acceptée sereinement, dans la Foi : «Seigneur, j’ai foi en tes paroles d’adieu». Raphaël Pichon fait, ici, avancer la musique. On sent une force intérieure qui exclut toute tristesse. Celle de la jeunesse ? Celle de Bach ?

Les projets de ce jeune chef et de son sont nombreux et divers. Parfois bien loin de Bach puisque, par exemple, ils ont commandé une œuvre au compositeur Vincent Manac’h, lui aussi chanteur dans les Cris de Paris. Intéressant, non ?

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Messes brèves BWV 233 & 236. Eugénie Warnier, soprano ; Terry Wey, alto ; Emilio Gonzalez-Toro, ténor ; Christian Immler, basse. Ensemble Pygmalion, direction : Raphaël Pichon. 1 CD Alpha 170. Code barre : 3760014191701. Enregistré en octobre 2009. Livret bilingue (français, anglais). Durée totale : 60’43’’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.