Plus de détails

François Couperin (1668-1733) : Apothéose de Lully ; François Colin de Blamont (1690-1760) : Circé ; Les Festes Grecques et Romaines. Les Ombres ; Mélodie Ruvio, mezzo-soprano. 1 CD Ambronay AMY301. Code barre : 3760135103010. Enregistré à l’été 2010. Livret trilingue (français, anglais, allemand). Durée : 75’.

 

Le centre culturel de rencontre d’Ambronay accueille depuis 1993 de jeunes artistes dans le cadre d’une Académie baroque européenne. Depuis 2009, Ambronay développe également des résidences de jeunes ensembles dont le prolongement logique est une collection discographique qu’inaugurent Les Ombres. Cet ensemble dont la direction artistique est assurée par Margaux Blanchard (viole de gambe) et Sylvain Sartre (flûte), propose ici un programme de musique de chambre tel qu’il aurait pu être donné dans les salons de Versailles à l’initiative de Marie Leczinska, l’épouse de Louis XV. L’organisation de ces concerts réguliers était confiée aux Surintendants de la Musique de la Chambre du Roi qui étaient chargés de présenter des extraits d’opéras, des cantates et des pièces instrumentales.

Le disque débute par la célèbre Apothéose de Lully ou plus exactement le « Concert instrumental sous le titre d’Apothéose composé à la mémoire immortelle de l’incomparable Monsieur de Lully », sonate en trio que compose à l’époque où Marie Leczinska devient reine de France (1725). À l’instar de la version d’Hesperion XX (Naïve) par exemple, Les Ombres ont fait appel à un récitant, en l’occurrence Manuel Weber, pour déclamer le titre de chaque petite pièce, en prononciation restituée, alla Eugène Green ou Benjamin Lazar. Pas forcément indispensable (ça saucissonne la musique), on préfère saluer le raffinement et le soin porté à la réalisation où dialoguent les flûtes et violons sur un riche continuo.

Le reste du programme est consacré à deux pièces de , Surintendant de la Musique à partir de 1719, dont l’œuvre comme beaucoup de ses contemporains reste encore à découvrir (difficile de se distinguer après Jean-Baptiste Lully, à l’époque de puis de Jean-Philippe Rameau !). La cantate Circé tout d’abord, dans une version qui diffère quelque peu de celle que l’on connaît déjà par l’interprétation qu’en a laissée Agnès Mellon (Alpha). Moins habitée que son aînée et malgré une diction moyenne, ne démérite pas pour autant. Une voix aux riches médiums à suivre.

Les instrumentistes des Ombres clôturent ce programme par une suite de danses tirées du ballet Les Festes Grecques et Romaines (1723), le chef-d’œuvre du compositeur. Les danses sont bien caractérisées rythmiquement, l’ensemble sonne bien, une plaisante découverte.

À noter qu’un morceau caché figure sur cette carte de visite de l’ensemble Les Ombres…

Plus de détails

François Couperin (1668-1733) : Apothéose de Lully ; François Colin de Blamont (1690-1760) : Circé ; Les Festes Grecques et Romaines. Les Ombres ; Mélodie Ruvio, mezzo-soprano. 1 CD Ambronay AMY301. Code barre : 3760135103010. Enregistré à l’été 2010. Livret trilingue (français, anglais, allemand). Durée : 75’.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.