Plus de détails

Nikolaus Bruhns (1665-1697) : Prélude et fugue en mi mineur. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Chorals « Wir glauben » BWV 740 et BWV 680 ; Prélude et fugue en mi bémol majeur BWV 552 ; Fuguetta super “Wir glauben” BWV 681 ; Prélude et fugue en la mineur BWV 543. Johannes Brahms (1833-1897)  : Sept chorals op. 122. Jehan Alain (1911-1940) : Ballade en mode phrygien ; Berceuse sur deux notes qui cornent. Marian Sawa (1937-2005) : Taneczne obrazcky. Jòsef Serafin à l’orgue Michael Berigel (1672) de la cathédrale de Cammin (Pologne). 1 CD Dux 0712. Code barre 5902547007120. Enregistré en mai 2009. livret bilingue polonais/allemand ( !). Durée totale 68’04’’.

 

Ce nouveau disque du label DUX arrive avec bonheur et nous permet de découvrir des orgues historiques de Pologne. Il s’agit là du volume 2 : on imagine qu’une collection est ici en train de se constituer. Depuis longtemps, et grâce à une tradition catholique très forte dans ce pays, les orgues ont fleuri largement depuis l’époque baroque, et même bien avant. L’instrument de la cathédrale de Cammin, dont on peut admirer le splendide buffet sur la chiche pochette est représentatif de cet art flamboyant de la fin du XVII° siècle. Son facteur Michael Berigel fut un élève de Stellwagen, grand maitre de l’Allemagne du Nord en matière de constructions d’orgue. Certes, comme toujours ou presque, cet orgue a été transformé au cours des siècles, jusqu’à une époque assez récente où il fut néo-classicisé, c’est-à-dire restauré dans l’esprit d’un orgue à tout jouer. Heureusement les derniers travaux de 2004 lui ont redonné une superbe digne de ses origines.

A l’écoute de ce CD, (dont ceci dit en passant, le maigre livret en polonais et allemand ne nous aide guère), nous sommes agréablement accueillis par un plein jeu lumineux et profond, rehaussé par quelque jeu de cymbale scintillante. Le son d’un orgue ancien est bien là et se met au service des musiques proposées. Le concert débute avec ces méridionaux du nord dont Bruhns est peut être le plus fantastique, ensuite Bach occupe une place de choix avec deux grands préludes et fugue, et quelques chorals. Grâce à quelques apports de jeux remontant au XIX° siècle, cet orgue permet d’aborder Brahms et ses fameux chorals nourris par des jeux de fond nombreux et profonds. L’orgue moderne enfin, avec et viennent compléter agréablement la démonstration de cet instrument d’importance, riche de 44 jeux sur trois claviers/pédalier. Nous retrouvons chez ces auteurs des audaces modales et rythmiques, puisant leur inspiration dans diverses sources (jazz, Moyen orient et Europe centrale, la pièce de rappellent irrésistiblement l’univers des danses de Béla Bartok.

L’organiste Josef Serafin défend courageusement ce répertoire, par un toucher clair et précis, et un choix de registrations exemplaire. Né en 1944, il est professeur à l’université de musique Frédéric Chopin, et fut l’élève de Anton Heiller et Flor Peeters.

Nous sommes heureux de constater que la Pologne qui possède un parc très riche d’instruments historiques a entamé depuis quelques années une politique de restauration d’envergure. Plusieurs cds témoignent de ce travail, dont celui-ci : attendons avec intérêt les prochains volumes.

Plus de détails

Nikolaus Bruhns (1665-1697) : Prélude et fugue en mi mineur. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Chorals « Wir glauben » BWV 740 et BWV 680 ; Prélude et fugue en mi bémol majeur BWV 552 ; Fuguetta super “Wir glauben” BWV 681 ; Prélude et fugue en la mineur BWV 543. Johannes Brahms (1833-1897)  : Sept chorals op. 122. Jehan Alain (1911-1940) : Ballade en mode phrygien ; Berceuse sur deux notes qui cornent. Marian Sawa (1937-2005) : Taneczne obrazcky. Jòsef Serafin à l’orgue Michael Berigel (1672) de la cathédrale de Cammin (Pologne). 1 CD Dux 0712. Code barre 5902547007120. Enregistré en mai 2009. livret bilingue polonais/allemand ( !). Durée totale 68’04’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.