À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Dieter Kaufmann, six chapitres d’une aventure acousmatique

Plus de détails

Dieter Kaufmann (né en 1941) : Symphonie acousmatique opus 109 ; Lui comme elle, monodrame acousmatique d’après des fragments de la pièce d’Elfriede Jelinek ; Lui pas comme lui opus 108b. 1 CD Motus M310014 ; code barre 3 566123 100142 ; texte français/allemand/anglais ; 76’50

 

Nouvellement parue dans la somptueuse collection des disques Motus, cette Symphonie acousmatique semble bien être une somme (57’49’’) dans la production électroacoustique du compositeur autrichien : une fresque sonore en six mouvements renvoyant tous à des modèles formels de la tradition – Sonate, Adagio, Scherzo, Sarabande et Tango, Quodlibet, Finale : ce sont « six chapitres d’une biographie acousmatique » (que l’on écoute donc uniquement à travers les haut-parleurs) tentant, nous dit l’auteur, « d’archiver quarante ans de création à un moment de multiples retours sur moi ». Cette œuvre « à gros effectif » et « de long métrage » renvoie immanquablement à l’univers malhérien (celui de la troisième symphonie en six mouvements peut-être) sous-tendu par quelque enjeu programmatique et charriant les matériaux les plus hétérogènes. Comme Mahler, y conjugue, dans un maelström sonore virtuose et totalisant, les voix et les instruments mais traités ici en studio, par compression, surimpression, mixtures et démultiplication : tel cet orgue déployé souvent dans son plein-jeu ou le clavecin ménageant des atmosphères plus chambristes ou encore le violon de Paganini vrillant l’espace de ses arpèges diaboliques : autant d’empreintes sonores émaillées d’humour laissées sur le fil de la mémoire. Présence sensuelle, attachante et déclinée dans toutes ses manifestations sonores – avec des citations de Michel-Ange, Hölderlin, Rilke… – la voix – principalement celle de l’actrice Gunda König – est ici l’élément unificateur, le moteur de toute la dramaturgie.

Avec la même intensité émotionnelle, on retrouve la voix, seule ou sertie d’un écrin sonore qui lui donne sa résonance, sa perspective et son épaisseur dans la deuxième œuvre de cet enregistrement, Lui comme elle, version acousmatique d’une pièce écrite par Kaufmann pour voix, trombone et orchestre s’intéressant au poète Robert Wlaser : un exemple de cette oscillation permanente entre le genre instrumental et acousmatique qu’entretient dans son travail de créateur.

Plus de détails

Dieter Kaufmann (né en 1941) : Symphonie acousmatique opus 109 ; Lui comme elle, monodrame acousmatique d’après des fragments de la pièce d’Elfriede Jelinek ; Lui pas comme lui opus 108b. 1 CD Motus M310014 ; code barre 3 566123 100142 ; texte français/allemand/anglais ; 76’50

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.