À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Le Quatuor Modigliani en quintette et trio

Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : Quintette pour cordes et piano en fa mineur op. 34 ; Zwei Gesänge pour mezzo-soprano, alto et piano op. 91. Philippe Bernhard, violon ; Loïc Rio, violon ; Laurent Marfaing, alto ; François Kieffer, violoncelle ; Jean-Frédéric Neuburger, piano ; Andrea Hill, mezzo-soprano. 1 CD Mirare MIR130. Code barre : 3760127221302. Enregistré en septembre 2010 au Théâtre & Auditorium de Poitiers. Notice de présentation en : Français, Anglais et Allemand. Durée : 53’mn

 

Après avoir interprété à plusieurs reprises en public le Quintette avec piano de Brahms et ses Deux chants pour mezzo-soprano, alto et piano, le , le pianiste et la mezzo-soprano canadienne en ont fait un disque, brillant mais un peu déséquilibré.

Monument de la musique de chambre, le Quintette avec piano op. 34 fut maintes fois remanié par son auteur, qui en avait d’abord fait un quintette avec deux violoncelles, puis une sonate pour deux pianos, avant de lui donner sa forme définitive. Extrêmement mûrie et travaillée, cette partition développe une variété de thèmes et de figures qui la rend difficilement assimilable au premier abord. Il faut une grande capacité d’illustration et presque un talent de pédagogue pour en donner une version qui ne soit pas indigeste. De toute évidence, les cinq interprètes possèdent cette aptitude de mise en image, trouvant pour chaque motif le ton juste, marquant les différences avec netteté, sans fractionner pour autant la portée. Leur interprétation fait l’effet de vignettes animées défilant sur un grand écran : c’est d’un confort extrême. Il faut également louer la légèreté du jeu, particulièrement bienvenue dans une œuvre de cette densité.

Dès le premier mouvement, le pari est gagné. Cet Allegro non troppo envoûte dès les premières notes du thème d’exposition ; sa reprise fortissimo au tutti enchante et submerge. Les cordes sont naturellement très présentes, mais savent ménager sa place au piano. Cette harmonie naturelle ne va jamais se dissiper. Dans l’Andante, les violons de Philippe Bernhard et Loïc Rio pointent délicatement à la surface, traçant au-dessus des autres instruments – en particulier du violoncelle de François Kieffer – un aimable contrepoint. C’est toutefois peut-être le seul temps mort de ce quintette : aucune forte personnalité ne se dégageant, le résultat est un peu terne. Le Scherzo vient redonner de la vie à l’ensemble, où Neuburger s’illustre par une articulation exemplaire. Bien que le piano soit plus effacé dans ce troisième mouvement, on prend grand plaisir à suivre son galop si délié. Le Finale offre une résolution à l’avantage de tous. Beau quatuor au timbre bien placé, les Modigliani sont efficacement relayés par le piano et achèvent brillamment le suprême épilogue ; on n’a pas vu passé les quarante minutes !

Après une telle montagne, les Deux Chants qui suivent paraissent bien insipides. Pourtant d’une franche beauté romantique, ils distraient vite l’auditeur. paraît elle-même ailleurs : est-ce la prise de son ? sa voix manque cruellement de présence, en particulier dans le premier chant, Gestillte Sehnsucht («Nostalgie apaisée»). Le second, Geistliches Wiegenlied («Berceuse spirituelle»), convainc déjà plus, sans que Neuburger ni l’altiste Laurent Marfaing ne puissent masquer la monotonie de leur partenaire. Ce disque ne méritait pas de finir ainsi.

Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : Quintette pour cordes et piano en fa mineur op. 34 ; Zwei Gesänge pour mezzo-soprano, alto et piano op. 91. Philippe Bernhard, violon ; Loïc Rio, violon ; Laurent Marfaing, alto ; François Kieffer, violoncelle ; Jean-Frédéric Neuburger, piano ; Andrea Hill, mezzo-soprano. 1 CD Mirare MIR130. Code barre : 3760127221302. Enregistré en septembre 2010 au Théâtre & Auditorium de Poitiers. Notice de présentation en : Français, Anglais et Allemand. Durée : 53’mn

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.