À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Bach par Busoni, Busoni par Baglini

Plus de détails

Ferruccio Busoni (1866-1924), Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Fantaisie chromatique et Fugue BWV 903, Prélude et Fugue BWV 552, Préludes de chorales BWV 667, BWV 734a, BWV 617, BWV 637, BWV 705 et BWV 665, Prélude et Fugue BWV 532. Maurizio Baglini, piano. 1 CD TUDOR 7156. Code barre : 812973011569. Enregistré en 2011 à Zurich (Suisse). Notice de présentation en : Allemand, Anglais et Français. Durée : 65’23mn.

 

Les Clefs ResMusica

Les transcriptions pour piano de d’après sont presque devenues des œuvres originales tant elles se distinguent de la partition pour orgue du maître allemand. nous les fait revisiter avec brio, nous transportant hors de l’ère baroque.

On sait que l’habitude prise au XXème siècle de jouer les œuvres de Bach pour clavecin au piano leur a permis de conserver une inépuisable actualité. Il en va de même pour l’orgue : le piano rend intemporel et éternel ce qui, sur un autre instrument, s’inscrit d’emblée dans un courant esthétique déterminé. Il a fallu la main géniale de Busoni, virtuose de légende, pour qu’au tournant du dernier siècle une foule de chorales, de préludes et de fugues entre dans l’immortalité par la grâce du piano.

Bien sûr, la marque de Bach est reconnaissable – harmonies classiques et contrepoint rigoureux – et l’on s’en félicite ; transcrire n’est pas trahir. Il est même jubilatoire de retrouver des motifs familiers, renouvelés toutefois par un subtil arrangement. Baglini épouse à la fois les contours de l’écriture de Bach, superposant à la perfection les lignes mélodiques, et l’esprit nouveau insufflé par le transcripteur. C’est un Bach presque romantique qu’il donne à entendre, du moins beaucoup plus expressif et sentimental que celui du Clavier bien tempéré.

On retient en particulier l’extraordinaire Fantaisie chromatique suivie de sa Fugue (BWV 903) qui, même réduite au piano, possède la puissance sonore des grandes orgues. Les Préludes et Fugues BWV 552 et BWV 532 frappent moins par leur densité que par leur caractère imagé et fleuri : allègres, dansants même, ils ne sont pas frivoles pour autant, loin s’en faut – on a du mal à s’imaginer Bach frivole ! Baglini se garde bien d’en rajouter, car cette musique se suffit à elle-même : sans enthousiasme supplémentaire, en observant strictement les nuances indiquées et sans s’écarter du tempo, il obtient un résultat enjoué, jamais exubérant.

Le cœur du disque est formé de six Préludes de chorale qui, quoique de dimensions plus modestes, sont d’une grande élévation musicale et peut-être même spirituelle – après tout, ne s’adressent-ils pas à Dieu ? Là encore, Baglini est parfait. Grâce à son toucher exemplaire, une prière sans parole s’échappe merveilleusement timbrée de sous ses doigts et trouve un sens profond. Un sacré interprète pour une musique sacrée !

Plus de détails

Ferruccio Busoni (1866-1924), Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Fantaisie chromatique et Fugue BWV 903, Prélude et Fugue BWV 552, Préludes de chorales BWV 667, BWV 734a, BWV 617, BWV 637, BWV 705 et BWV 665, Prélude et Fugue BWV 532. Maurizio Baglini, piano. 1 CD TUDOR 7156. Code barre : 812973011569. Enregistré en 2011 à Zurich (Suisse). Notice de présentation en : Allemand, Anglais et Français. Durée : 65’23mn.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.