À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Maurice Ohana : Etudes d’interprétation

Plus de détails

Maurice Ohana (1913-1992) : Etudes d’interprétation (n° 1 à 10). Marìa Paz Santibañez, piano. 1 CD La Mà de Guido. Ref : LMG4009 ; enregistré au studio Sequenza, Montreuil, France, de décembre 2009 à septembre 2010. Code barre : 8 431471 540092. Livret en catalan, espagnol, français et anglais. Durée totale : 60’44.

 

Les Clefs ResMusica

Malgré le fait que occupe une place importante dans le paysage de la musique française et internationale du XXe siècle, les enregistrements de ses œuvres sont relativement rares. Ce disque, contenant les dix premières Etudes d’interprétation sur douze (les deux dernières nécessitant une percussion pour leur exécution) s’ajoute donc à une discographie précieuse du compositeur mais constitue aussi un exploit pianistique remarquable.

Après ses études au Chili et en République Tchèque, la pianiste italo-chilienne Marìa Paz Santibañez choisit la France pour suivre des formations de perfectionnement (Ecole normale de Musique de Paris) et poursuit ensuite sa recherche sur la musique du XXe siècle et contemporaine avec des pianistes de renom tels qu’Yvonne Loriod-Messiaen, Claude Helffer et Roger Muraro. Dans cet enregistrement, elle porte une attention particulière à chaque phrasé, avec diverses nuances et couleurs sonores. Le tout est proposé de façon si naturelle que l’exécution ne fait aucunement transparaître les redoutables difficultés de ces œuvres.

Inscrites dans la tradition du clavier qui va de J.-S. Bach à Messiaen, en passant par Chopin, Liszt, Debussy, Bartók mais également Ligeti, les Etudes d’Ohana exigent une virtuosité poussée, adaptée à la perfection actuelle de l’instrument, comme l’a fait chacun de ses prédécesseurs (ici, notamment l’utilisation de la troisième pédale). Par ailleurs, Ohana a composé des œuvres intitulées « quintes », « septièmes », « secondes » ou « neuvièmes » que Debussy n’avait pas écrites dans ses deux cahiers d’Etudes. Ces intervalles, déployés dans une nouvelle conception rythmique, deviennent à la fois vivants et subtils sous les doigts de Marìa Paz Santibañez, ainsi que le montre son jeu splendide dans « Main gauche seule », référence évidente à Ravel.

Un très beau disque qui nous aide efficacement à comprendre la musique d’aujourd’hui en suggérant un modèle d’interprétation de cette dernière.

Plus de détails

Maurice Ohana (1913-1992) : Etudes d’interprétation (n° 1 à 10). Marìa Paz Santibañez, piano. 1 CD La Mà de Guido. Ref : LMG4009 ; enregistré au studio Sequenza, Montreuil, France, de décembre 2009 à septembre 2010. Code barre : 8 431471 540092. Livret en catalan, espagnol, français et anglais. Durée totale : 60’44.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.