FBS-ResMusica-mégaBannière

Uljas Pulkkis, une indispensable découverte

À emporter, CD, Musique symphonique

Uljas Pulkkis (né en 1975) : On the Crest of Waves (Sept fantaisies pour orchestre symphonique) ; Tales of Joy, Passion, and Love (Concerto pour clarinette en trois mouvements) ; Vernal Bloom, poème symphonique. Kari Kriikku, clarinette ; Orchestre philharmonique de Tampere, dir. Hannu Lintu. 1 CD Ondine. Réf. : ODE 1176-2, code barre : 0 761195 117620. DXD. Enregistré salle de Tampere les 1 et 2 juin 2010 et 7 janvier 2011. Notice bilingue : anglais, finnois. Durée : 62’37

 

Les Clefs ResMusica

Sauf catastrophe ou défaillance imprévisibles et inattendues nous tenons là un créateur que l’histoire de la musique finlandaise comptera avec fierté parmi ses plus illustres représentants. Bien jeune encore puisque né en 1975, ses musiques, enregistrées par un exceptionnel transfiguré par un chef dynamique en plein rayonnement, méritent urgemment toute notre attention enchantée. S’il admet volontiers certaines influences, et c’est tout à son honneur, Pulkkis nous délivre des œuvres exhalant une saveur individuelle et une tenue rarement rencontrées chez un compositeur contemporain. Au-delà (et après) des marques premières imprimées par les harmonies spectrales, les micro-intervalles, les séries harmoniques, Pullkis  accouche dans son processus créateur des traits romantiques et impressionnistes, sans doute aussi l’influence du dernier Salonen et de John Adams, représentants et défenseurs d’un certain post-minimalisme de qualité. Sa musique respire amplement, gouleyante, généreuse, languide et décidée.

Une nouvelle fois le virtuose s’engage sans faille dans la défense brillante de la musique de ses contemporains en jouant Tales of Joy, Passion and Love, le Concerto pour clarinette et orchestre que Pulkkis composa en 2005 et 2010. A son écoute, dès le premier mouvement, la qualité du jeu soliste, sa richesse, sa conception, nous prouvent l’intelligence et l’originalité d’un créateur soucieux du langage traditionnel mais dompté à son inventivité. Dans le second mouvement, les deux clarinettistes de l’orchestre se lèvent, se rapprochent du soliste et s’unissent à lui, tous bientôt rejoints par un quatuor à cordes, dans un hymne passionné. Le dernier volet, également réussi et singulier, fait intervenir un baryton impressionnant en la personne de Gabriel Suovanen au service d’un poème de Thomas Moore. On the Crest of Waves (2003) sous-titré Sept fantaisies pour orchestre symphonique, impressionne fortement. L’assurance du discours, la recherche sur les timbres et les rythmes, la précision de l’écriture concourent à nous convaincre de la valeur créatrice d’Uljas Pullkis. La dernière partition, Vernal Bloom (2008), baptisée poème symphonique, bien que destinée à un orchestre amateur, offre à chacun des instrumentistes un rôle fort dont bénéficient parfaitement ces dix minutes printanières et enthousiasmantes. Une musique qui vit. Indispensable.

 

Banniere-clefdor1-aveclogo

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.