Festivals, La Scène, Musique de chambre et récital

15e Festival Cordes & Pics, Mille violons en Maurienne

Plus de détails

Plus de 15 concerts sur deux semaines du 23 juillet au 6 août où les artistes se sont donnés rendez vous pour cette 15e édition dans les petites églises de la vallée de la Maurienne …

Plus de 15 concerts sur deux semaines du 23 juillet au 6 août où les artistes se sont donnés rendez vous pour cette 15e édition dans les petites églises de la vallée de la Maurienne : Montricher,  Hermillon, Saint Jean de Maurienne, Les Karellis, Le Chatel, Albanne, Albiez le Jeune, et Montvernier.

Bilan de la première semaine, qui a commencé sur un air de jazz avec un hommage à John Coltrane donné par Rémi Crambes et le Trio Triphase (Anne Pacéo, Léonardo Montana et Joan Eche-Puig). Le mot d’ordre est donné : la complicité entre tous les musiciens. toujours aussi fin et virtuose fit sensation dans son interprétation de Erlkonig de Schubert transcrit pour violon seul par H.W. Ernst qui a été non seulement une performance mais un réel régal pour le public. Une révélation de taille cette année avec Anita Chen, cette toute jeune musicienne américaine n’est pas simplement une virtuose encore moins un phénomène, mais bien une grande artiste, alternant archet et clavier dans un programme sur le thème de « la folia », avec des œuvres de Corelli,  Rachmaninov et Liszt. Une belle interprétation toute en finesse dans la sonate n°1 de Brahms par Istvan Varga au violoncelle et , n’est pas restée sans attention du public.

La deuxième semaine fut aussi intense,  par la programmation et les artistes invités choisis par , le directeur artistique de ce festival; Jean Marc Phillips-Varjabédian. Intense avec l’interprétation de la Symphonie de chambre de Chostakovitch par le Schola Chamber Orchestra ou du Poème de Chausson par , violon soliste de l’ONDIF et pur produit du Sistema vénézuélien. Intense et surprenant dès le lendemain avec ce même entouré de son « quartet » : Nene Quitnero (percussions), Elvis Martinez (contrebasse) et Jorge Glem (cuatro, petite guitare à quatre cordes), pour un programme de jazz sud-américain pimenté de références à la musique classique.

Mais le moment fort du festival fut le concert de Tedi Papavrammi dans les sonates pour violon seul de Bach et d’Ysaÿe. Remarqué au disque dans ce répertoire si difficile, il a su littéralement subjuguer  le public. Enfin l’interprétation de L’Arpeggione de Schubert et de la Sonate pour violoncelle et piano de Chostakovitch par   et Dimitri Maslennikov reste un moment subtil et de choix, surtout quand  Anita Chen, au violon cette fois, vint interpréter la Passacaille de Haendel avec le violoncelliste.

Depuis quinze ans le public, fidèle et en augmentation constante, répond présent au rendez-vous de ce festival en vallée de Maurienne.

Plus de détails

Plus de 15 concerts sur deux semaines du 23 juillet au 6 août où les artistes se sont donnés rendez vous pour cette 15e édition dans les petites églises de la vallée de la Maurienne …

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.