À emporter, CD, Musique et cinéma

Carmen sous le soleil de Falla, une découverte !

Plus de détails

Ernesto Halffter (1905-1989): Carmen. Premier enregistrement mondial. Orchestre Symphonique de la Radio de Francfort, direction Mark Fitz-Gerald. 1 CD Naxos collection « Film Music Classics ». Référence 8. 572260. Code barre : 7 47313 22607 8. Enregistré à la Sendesaal de la Radio Hessoise de Francfort en 2008. Livret de 16 pages instructif, en anglais seulement. Durée : 66’58’’

 

Les Clefs ResMusica

N’avez-vous jamais regretté que Carmen n’ait pas été mise en musique par Falla ? Jamais rêvé d’entendre  cette histoire brûlante débarrassée des espagnolades façon « Toréaaaador, prends gaaaaaarde »,  pour entrer dans l’atmosphère tragique de l’amour libre de la plus célèbre des gitanes ? Oui ? Alors la musique du film Carmen, sorti en 1926 et signé par le réalisateur français Jacques Feyder est faite pour vous ! Le film, tourné notamment à Séville et Ronda avec une célèbre chanteuse et actrice espagnole, avait fait sensation à l’époque pour ses qualités plastiques et car il était le premier à dépasser Bizet pour retourner à Prosper Mérimée.

Composée en 1926 par un jeune de 21 ans, élève de Falla, la partition ne fut jouée qu’une seule fois jusqu’à ce que François Porcile, réalisateur et conseil musical de François Truffaut, exhume la partition pour une version restaurée du film en 2011. , salué dans ces colonnes pour ses restaurations des musiques de film de Chostakovitch (notamment Odna, Clef ResMusica) a continué le travail de Porcile et accompli un lourd travail de mise au propre de la partition. Celle-ci avait été établie en toute hâte par les copistes dans la perspective de la première au Théâtre Marivaux à Paris. Les exploitants de salles, eux, ne s’intéressèrent pas à cette partition trop ambitieuse, et y substituèrent ce qui leur sembla bon.

Aux côtés des accents caractéristiques de Falla, on reconnaît aussi Ravel et Stravinski, mais au fil des écoutes, on s’attache à cette partition non pour ses ressemblances frappantes, mais pour sa fraîcheur, ses couleurs, son inspiration propre. Hallfter s’était attaché à ce que la musique ne prenne pas le pas sur le film, et l’écoute du disque d’affilé appelle à l’évidence les images. On veut voir ! Mais cette musique a plus de potentiel qu’un simple accompagnement. En rassemblant les sections les plus frappantes, à savoir l’ouverture avec Don José dans son village d’Elizondo où il confesse son crime à sa mère (n°1 & 2), la Fabrique royale de tabacs de Séville (n°5), la Danse de Carmen (n°9, indiquée « Moderato non troppo. Pesante », à l’opposé de la conception superficielle de Bizet !) et le final (« Paso Doble » et « Mort de Carmen », n°15 à 17), on obtient une suite d’une demi-heure qui vous envoûte une salle. Avis aux programmateurs en mal d’idées pour remplir leur salle l’hiver avec un programme attrayant !

Par le soin éditorial et interprétatif porté à cette redécouverte, signe un grand cru de la série « Film Music Classics ».

Plus de détails

Ernesto Halffter (1905-1989): Carmen. Premier enregistrement mondial. Orchestre Symphonique de la Radio de Francfort, direction Mark Fitz-Gerald. 1 CD Naxos collection « Film Music Classics ». Référence 8. 572260. Code barre : 7 47313 22607 8. Enregistré à la Sendesaal de la Radio Hessoise de Francfort en 2008. Livret de 16 pages instructif, en anglais seulement. Durée : 66’58’’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.