Plus de détails

Paris. Espace Pierre Cardin. 28-X-2011. Vincenzo Bellini (1801-1835) la Sonnambula : « Care compagne » ; Béatrice di Tenda : « O mie fedeli… ma la sola » ; la Ricordanza. Gaetano Donizetti (1797-1848) Don Pasquale : « quel guardo il cavaliere » ; A mezzanotte ; la corrispondenza amorosa. Gioachino Rossini (1792-1868) : la pastorella delle Alpi. Giuseppe Verdi (1813-1901) la Zingara. Pretty Yende, soprano ; Patrick Ivorra, piano.

Pour son premier récital parisien, , gagnante du concours de Puteaux en 2010, lauréate d’Operalia en 2011, aurait peut-être pu prétendre à mieux que ce concert plus ou moins confidentiel, réduit à trois extraits d’opéra et cinq mélodies, plus deux bis !

On ajoute à cela que le programme de salle est indigne, bourré de fautes d’orthographe et de grosses erreurs de traduction (on apprend entre autres que la soprano va chanter Barbarina dans La Bohème !) Qu’importe, c’est pour la bonne cause, car ce gala, parrainé par de grands noms de notre gouvernement,  est donné au profit de l’association l’Enfant Bleu, Enfance maltraitée.

Le mélomane reste quand même sur sa faim, malgré les bons sentiments, surtout à cause de la brièveté du programme. Durant la première partie, on apprécie chez une remarquable musicalité, un contrôle total de ses moyens, une discipline rigoureuse, mais on déplore assez peu d’âme. Elle est, hélas, assez peu aidée par un pianiste des plus prosaïques.

Dans la deuxième partie, et surtout dans les bis, l’interprète se libère, et on comprend enfin ce qui lui a valu de gagner un bon nombre de prix dans tant de compétitions internationales. Sa présence rayonnante anime tout à coup la musique, tandis que le souffle, les couleurs, la longueur de la tessiture sont ceux d’une bellinienne née. C’est un peu tardif, et si court !

Le rendez-vous d’une diva avec une capitale, prématuré, viendra plus tard…

Crédit photographique : Pretty Yende DR

Plus de détails

Paris. Espace Pierre Cardin. 28-X-2011. Vincenzo Bellini (1801-1835) la Sonnambula : « Care compagne » ; Béatrice di Tenda : « O mie fedeli… ma la sola » ; la Ricordanza. Gaetano Donizetti (1797-1848) Don Pasquale : « quel guardo il cavaliere » ; A mezzanotte ; la corrispondenza amorosa. Gioachino Rossini (1792-1868) : la pastorella delle Alpi. Giuseppe Verdi (1813-1901) la Zingara. Pretty Yende, soprano ; Patrick Ivorra, piano.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.