À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Alice Sara Ott dans un Beethoven inégal

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate pour piano en ut majeur op.2 n°3 ; Sonate pour piano n°21 en ut majeur op.53 « Waldstein » ; Andante favori WoO57 ; Rondo capriccio en sol majeur opus 129 « colère à propos d’un sou perdu ». Alice Sara Ott, piano. 1 CD Deutsche Grammophon. Code barre 028947 79291 8. Enregistré à Hambourg à la Friedrich- Ebert- Halle en Août 2010. Livret en français, anglais et allemand. Durée totale 1h05’

 

Voici une parution de plus dans la discographie beethovénienne. Celle-ci aurait pu se distinguer davantage mais faute d’avoir su capter un meilleur son,  elle va seulement rejoindre la liste fleuve des enregistrements consacrés au Maître de Bonn. Notre plaisir d’écoute est  d’emblée gâché par une sonorité sourde et opaque. Que s’est-il passé lors des sessions studio? Le mystère reste entier car le célèbre label jaune n’est pourtant pas un nouveau venu en la matière. S’il s’agit d’une recherche d’authenticité, ce n’est pas une réussite car il manque de la transparence instrumentale.

Au clavier nous retrouvons la toute jeune qui a choisi de juxtaposer deux sonates en ut majeur. Elle nous livre tout d’abord une version pleine de caractère de la n°3 dédiée à Haydn. Faisant corps avec l’esprit de l’œuvre, elle révèle un jeu véloce et sensible. L’équilibre des deux mains souligne avec fluidité la profondeur mélodique notamment dans l’Allegro con brio ainsi que la dynamique du discours du Scherzo, dénué ici de tout sentimentalisme superflu. Sous les doigts de la germano-japonaise, l’Adagio révèle sa beauté pénétrante. Une touche mystique l’enveloppe dès l’apparition du deuxième thème. Les silences y sont autant de notes invisibles porteuses de sens méditatif sur l’existence. On ne peut que regretter de ne pas entendre plus souvent cette œuvre magnifique.

Dans la Waldstein, c’est du beau piano mais certains choix de lecture ne nous enthousiasment pas vraiment. Qui plus est, difficile de faire abstraction de la prise de son ! Le tempo de l’Allegro con brio est brillant et la vision d’ensemble riche en contrastes. La main droite est certes déliée mais reste parfois bien légère et sautillante : certains traits manquent de clarté et de respiration. Jouer vite en oubliant de faire chanter les notes n’apporte rien au discours et rend l’ensemble chaotique. De même, accentuer certains accords apparaît assez fantaisiste et peu justifié. Cela manque globalement de couleurs loin des références phares du genre dont celles de Guilels, Pollini et Brendel. L’Adagio ne s’affirme pas plus même si l’interprétation est sobre et soignée. Malgré un côté répétitif, le Rondo gagne davantage en substance avec une sensibilité à fleur de peau et une sérénité de premier plan.

Le reste du programme apporte un complément intéressant. Dans le Rondo a capriccio – une pièce enlevée que Diabelli a terminée car Beethoven l’avait laissée incomplète – on retrouve mordant et fraîcheur qui font de cette œuvre un des bis préférés du public. L’Andante favori, (prévu à l’origine comme deuxième mouvement de la Waldstein) met, quant à lui, en lumière de réelles qualités instrumentales avec plus de rondeur et de souplesse.

(Visited 390 times, 1 visits today)

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate pour piano en ut majeur op.2 n°3 ; Sonate pour piano n°21 en ut majeur op.53 « Waldstein » ; Andante favori WoO57 ; Rondo capriccio en sol majeur opus 129 « colère à propos d’un sou perdu ». Alice Sara Ott, piano. 1 CD Deutsche Grammophon. Code barre 028947 79291 8. Enregistré à Hambourg à la Friedrich- Ebert- Halle en Août 2010. Livret en français, anglais et allemand. Durée totale 1h05’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.