À emporter, CD, Opéra

Martha Mödl, portrait d’une légende

Plus de détails

Martha Mödl. The Portrait of a Legend. Musique de Richard Wagner (1813-1883), Richard Strauss (1864-1949), Wolfgang Fortner (1907-1987), Aribert Reimann (né en 1936), Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) et Ludwig van Beethoven (1770-1827). Martha Mödl, (mezzo-) soprano. Avec Ludwig Suthaus, Wolfgang Windgassen, Hertha Töpper, Grace Hoffman, Ingrid Steger et Josef Greindl. Différents orchestres et chefs. Enregistrements publics ou radiophoniques de 1950 à 1982. 2 CDs Profil Hänssler, PH 12006. Code barre 8 81488 12006 6. Notice en allemand et anglais. Durée 159’.

 

« Portrait d’une légende », c’est le titre que le label Profil Hänssler a choisi pour son hommage à lors de son centième anniversaire. Et qui mériterait mieux cette épithète que la légendaire héroïne du Nouveau Bayreuth ? Plus ou moins autodidacte, elle entame sa carrière juste après la Deuxième Guerre Mondiale. Véritable mezzo par la couleur et l’extension de sa voix, elle affronte pourtant vite des emplois de soprano. Et quels emplois ! De Kundry, elle passe à Leonore, Isolde et Brünnhilde, rôles qu’elle promène aux quatre coins du monde grâce à son chant gorgé de vérité et d’humanité. Mais le bonheur ne dure que dix ans. Vers 1960 déjà, la fatigue se fait ressentir, l’aigu notamment devient de plus en plus laborieux. Et Mödl, pour qui le chant relevait toujours plus de l’intuition que du savoir-faire technique, ne voit d’autre possibilité que de se reconvertir mezzo, se cantonnant, la cinquantaine à peine entamée, à des rôles de caractère. Clytemnestre et la Nourrice, Kostelnička et la Comtesse de la Dame de Pique deviennent ainsi les chevaux de bataille de cette deuxième carrière sans parler des rôles contemporains que les Fortner, Henze et autres Reimann écrivent souvent à son intention.

Le double CD que Profil Hänssler vient de publier retrace cette carrière unique à travers des enregistrements tirés, pour la plupart, d’archives privées et jamais publiés en CD. L’extrait de Rienzi, enregistré en 1951 pour la RIAS, nous montre la jeune mezzo en pleine possession de ses moyens prometteurs. Nous passons ensuite à de larges extraits de Tristan et Isolde, captés à Londres en 1955 et à Munich en 1957, aux côtés, d’ailleurs, des meilleurs Tristans du moment, et . En superbe voix, Mödl dresse un portrait passionnant de la reine irlandaise culminant dans un émouvant Liebestod. Nous ne sommes pas moins touchés des Wesendonck-Lieder dans leur version orchestrale (Keilberth ; Bamberg 1959), de l’intense immolation de Brünnhilde, enregistré à Vichy en 1957 sous la baguette enflammée de , et des brefs extrait de la Walkyrie qui la montrent, cette fois, en Sieglinde, vibrante de désir.

« Portrait d’une légende », c’est le titre que le label Profil Hänssler a choisi pour son hommage à lors de son centième anniversaire. Et qui mériterait mieux cette épithète que la légendaire héroïne du Nouveau Bayreuth ? Plus ou moins autodidacte, elle entame sa carrière juste après la Deuxième Guerre Mondiale. Véritable mezzo par la couleur et l’extension de sa voix, elle affronte pourtant vite des emplois de soprano. Et quels emplois ! De Kundry, elle passe à Leonore, Isolde et Brünnhilde, rôles qu’elle promène aux quatre coins du monde grâce à son chant gorgé de vérité et d’humanité. Mais le bonheur ne dure que dix ans. Vers 1960 déjà, la fatigue se fait ressentir, l’aigu notamment devient de plus en plus laborieux. Et Mödl, pour qui le chant relevait toujours plus de l’intuition que du savoir-faire technique, ne voit d’autre possibilité que de se reconvertir mezzo, se cantonnant, la cinquantaine à peine entamée, à des rôles de caractère. Clytemnestre et la Nourrice, Kostelnička et la Comtesse de la Dame de Pique deviennent ainsi les chevaux de bataille de cette deuxième carrière sans parler des rôles contemporains que les Fortner, Henze et autres Reimann écrivent souvent à son intention.

Le double CD que Profil Hänssler vient de publier retrace cette carrière unique à travers des enregistrements tirés, pour la plupart, d’archives privées et jamais publiés en CD. L’extrait de Rienzi, enregistré en 1951 pour la RIAS, nous montre la jeune mezzo en pleine possession de ses moyens prometteurs. Nous passons ensuite à de larges extraits de Tristan et Isolde, captés à Londres en 1955 et à Munich en 1957, aux côtés, d’ailleurs, des meilleurs Tristans du moment, et . En superbe voix, Mödl dresse un portrait passionnant de la reine irlandaise culminant dans un émouvant Liebestod. Nous ne sommes pas moins touchés des Wesendonck-Lieder dans leur version orchestrale (Keilberth ; Bamberg 1959), de l’intense immolation de Brünnhilde, enregistré à Vichy en 1957 sous la baguette enflammée de , et des brefs extrait de la Walkyrie qui la montrent, cette fois, en Sieglinde, vibrante de désir.

De sa « deuxième carrière », le CD présente la grande scène de Clytemnestre, capté sur le vif à Berlin en 1967, d’une intensité à couper le souffle, ainsi que des extrais de Noces de sang (Fortner), Melusine (Reimann) et La Dame de Pique. A vrai dire, le CD aurait dû se terminer par la chanson de la comtesse, enregistrée à Graz en 1982 et chantée dans un piano quasiment irréel, au lieu d’enchaîner par six lieder de Beethoven (RIAS 1950, avec Michael Raucheisen au piano) que Mödl tire un peu trop envers Wagner…

Plus de détails

Martha Mödl. The Portrait of a Legend. Musique de Richard Wagner (1813-1883), Richard Strauss (1864-1949), Wolfgang Fortner (1907-1987), Aribert Reimann (né en 1936), Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) et Ludwig van Beethoven (1770-1827). Martha Mödl, (mezzo-) soprano. Avec Ludwig Suthaus, Wolfgang Windgassen, Hertha Töpper, Grace Hoffman, Ingrid Steger et Josef Greindl. Différents orchestres et chefs. Enregistrements publics ou radiophoniques de 1950 à 1982. 2 CDs Profil Hänssler, PH 12006. Code barre 8 81488 12006 6. Notice en allemand et anglais. Durée 159’.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.