À emporter, Audio, Musique symphonique

Le Tchaïkovski de parade de Dimitri Kitaenko

Plus de détails

Piotr Ilitch Tchaïkovski(1840-1893) : Symphonie n°1 « rêve d’hiver » en sol majeur op. 13 ; Suite de la « Fille des neiges ». Orchestre du Gürzenich de Cologne, direction : Dimitri Kitaenko. 1 SACD Oehms. Référence OC 668. Enregistré en 2009 et 2011. Notice de présentation en anglais et allemand. Durée : 60 :40.

 

Le grand chef russe poursuit son intégrale des Symphonies de Tchaïkovski pour le label Oehms. La barre est placée très haut pour le musicien, auteur de deux intégrales majeures des Symphonies de Prokofiev et Chostakovitch avec ce même orchestre de Cologne.

Une précédente parution, consacrée la Symphonie n°5 de ce même Tchaïkovski ne nous avait pas convaincu par le côté grandiloquent, très « artiste des républiques soviétiques », de l’interprétation du chef.

Dans cette Symphonie n°1, Kitaenko reste fidèle à cette vision de parade, allez lente, très massive, très carrée et un peu rugueuse. Cela étant la rigueur de la construction orchestrale et la précision de la baguette rendent cette approche unilatérale pas inintéressante. Il est évident que la partition est immédiatement considérée comme une œuvre de maturité et non comme un essai de jeunesse. L’orchestre, homogène et précis, suit, avec plaisir, cette baguette qui laisse jouer de manière spectaculaire. Si l’on cherche à limiter la comparaison aux versions récentes de cette partition, la première marche du podium est occupée par la lecture de Vladimir Jurowski (LPO), plus léger et conquérant. Cela étant cette lecture surpasse aisément celles de Mikhail Pletnev (Pentatone) ou de Christopher Poppen (Oehms). En cherchant plus loin, Svetlanov (BMG ou Canyon) ou Rojdestvensky (Melodiya) sont des références absolues.

Mais, l’intérêt de ce disque est de proposer en complément la « rare » suite de la Fille des Neiges. En trois petites pièces, le génie mélodique de Tchaïkovski éclate dans un moment de rêve nostalgique (« melodrama ») ou dans l’explosion bigarrée (« Danse des bouffons »). On pourrait imaginer baguette plus débridée, surtout dans la danse finale, mais Kitaenko s’acquitte de sa tâche avec probité et compétence.

Notons enfin que cet album est très bien enregistré.

(Visited 137 times, 1 visits today)

Plus de détails

Piotr Ilitch Tchaïkovski(1840-1893) : Symphonie n°1 « rêve d’hiver » en sol majeur op. 13 ; Suite de la « Fille des neiges ». Orchestre du Gürzenich de Cologne, direction : Dimitri Kitaenko. 1 SACD Oehms. Référence OC 668. Enregistré en 2009 et 2011. Notice de présentation en anglais et allemand. Durée : 60 :40.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.