À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Le voyage musical de Marianna Shirinyan

Plus de détails

Il Viaggio. Franz Liszt (1811-1886) : Après une Lecture de Dante ; La Lugubre Gondola II ; Alban Berg (1885-1935) : Sonate pour piano opus 1 ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Sonate pour piano K.330 en do majeur ; Tigran Mansurian (*1939) : Three Pieces for the Low Keys. Marianna Shirinyan, piano.1 CD Solo Musica. Code barre 4 260123641733. Enregistré au Koncerthuset, The Danish Broadcasting Corporation, 26-28 June 2011. Livret Allemand, Anglais. Durée totale : 70’47’’

 

La pianiste n’est peut être pas très connue du grand public et pourtant, sa personnalité musicale mériterait d’être plus souvent mise à l’honneur. Elle avait récemment attiré notre attention dans un disque Dvorak aux côté du violoniste Hrachya Avanesyan avec une présence lumineuse.

Grâce au label Musica Solo, elle nous propose cette fois-ci un éclectique programme de récital, à la découverte des compositeurs originaires de l’Empire Austro- Hongrois et de son Arménie natale. Sous son titre évocateur, Il Viaggio nous fait ainsi découvrir une autre facette du jeu de la pianiste. Particulièrement convaincante dans Berg et Mansurian, elle confirme une aisance pour le répertoire moins « classique » et un goût prononcé pour les oeuvres qui sortent des sentiers battus. La présence de ce compositeur Arménien apporte en effet une vraie originalité à cet enregistrement.

La seule vraie déception vient du premier Liszt, Après une lecture de Dante.
Envisagée dès les premières mesures avec une profondeur et une gravité magnifiées, la Fantasia quasi Sonata s’embourbe étrangement dans une mise en tension extrême sans relâchement juste après le Recitativo, bien en-dessous des indications de tempo (Presto notamment) et des nuances voulues par le compositeur. Si les plages de béatitude sont à juste titre très libres, les ralentis multiples ne font que freiner l’élan démoniaque de ces pages sans jamais atteindre les portes de l’Enfer. Nous sommes à des années lumières des tempi extrêmes de Cziffra, de l’approche équilibrée et subtile d’Andsnes ou même des prises de risques sur le fil d’une toute jeune Hélène Grimaud. Bien plus réussie, la Lugubre Gondole et ses couleurs fantomatiques nous plongent dans un paysage opaque et dépouillé des plus poignants. La version proposée ici n’a rien à envier à la beauté plastique façonnée par Krystian Zimerman chez DG en 1991.

En revanche, Berg et sa modernité vont comme un gant au jeu sensuel et nuancé de la pianiste. L’intelligence de lecture et la souplesse digitale apportent de la transparence dans une œuvre parfois difficile à suivre pour certains.

Dans Mozart, on retrouve une fraîcheur et une gaîté communicatives. La ligne musicale chante de part et d’autre, le toucher est agréablement délié et lumineux dans l’Andante Cantabile ou l’Allegretto. Toutefois, quelques fantaisies expressives se révèlent ici inutiles. Le tempo du 1er mouvement apparaît quelque peu bancal avec une architecture qui ne reste pas en place. Cette recherche d’originalité ne peut rivaliser avec la simplicité de jeu que l’on retrouve chez les Maîtres du genre tels que Gulda, Brendel ou Uchida.

Retour aux tonalités sombres avec trois pièces de Mansurian particulièrement convaincantes et accessibles même pour l’auditeur peu familiarisé avec cet univers. Si la deuxième semble être dans la continuité du Berg et même de la Gondole Lugubre avec son climat intriguant et mystérieux, la première est terriblement « accrocheuse » avec ce rythme infernal et hypnotique, insufflé par une main gauche très virtuose.

Capté dans une salle de concert, le son reste un peu lointain mais conserve une belle clarté d’ensemble. Globalement, ce disque ne démérite pas, bien au contraire, il nous donne envie de suivre cette interprète dans d’autres répertoires.

(Visited 101 times, 1 visits today)

Plus de détails

Il Viaggio. Franz Liszt (1811-1886) : Après une Lecture de Dante ; La Lugubre Gondola II ; Alban Berg (1885-1935) : Sonate pour piano opus 1 ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Sonate pour piano K.330 en do majeur ; Tigran Mansurian (*1939) : Three Pieces for the Low Keys. Marianna Shirinyan, piano.1 CD Solo Musica. Code barre 4 260123641733. Enregistré au Koncerthuset, The Danish Broadcasting Corporation, 26-28 June 2011. Livret Allemand, Anglais. Durée totale : 70’47’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.