Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Paul Badura-Skoda, récital au Musée Jacquemart-André

Plus de détails

Paris, Musée Jacquemart-André, salon de musique, 27-I 2012. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Fantaisie en ré mineur K. 397, Rondo en la mineur K. 511 ; Franz Schubert (1798-1828) : Suite de valses ; Johannes Brahms (1833-1897) : quatre pièces pour piano opus 119, Franck Martin (1890-1974). Paul Badura-Skoda, piano.

« Autour du piano » propose aux mélomanes une série de récitals dans le cadre intime d’un salon parisien au Musée Jacquemart-André, puis à la Salle Gaveau. Avant le concert, on peut prendre un apéritif offert au Grand Salon du Musée et visiter la collection du rez-de-chaussée, avec ou sans audio-guide.

La deuxième soirée avec le pianiste viennois commence par un petit passage de Joyeux anniversaire, pour fêter les 257e anniversaire de naissance de Mozart, suivi de la Fantaisie en ré mineur et le Rondo en la mineur. Le piano à queue de concert sur lequel sont jouées ces pièces, et aussi la Suite de valses de Schubert – qu’il a toutes exécuté pratiquement au même tempo –, semble trop « sonnant » pour la taille du Salon de Musique d’à peine 120 places. On aurait aimé un instrument plus petit ou un piano-forte. En effet, avec la pédale forte, il y a trop de résonnance qui ne se dissipe pas, ce qui efface quelque peu la clarté du discours propre à la musique de la période classique. Effet constaté également dans l’autre Rondo, en ré majeur, de Mozart, interprété en bis. En revanche, dans Brahms et à Martin qui nécessitent des expressions beaucoup plus variées, la sonorité est plus adaptée.

Ce grand pianiste, qui ne se préoccupe pas de la dextérité parfaite comme la plupart des jeunes (et moins jeunes) interprètes d’aujourd’hui, n’a pas peur de la brutalité dans son jeu, cette « sauvagerie » que l’on n’entend quasiment plus. Cela fait naturellement penser à Alfred Cortot, à Wilhelm Kempff, ou à Edwin Fischer, en bref, à cette tradition du XXe siècle qui a fait toute une époque. C’est un héritier incontestable de cette école (presque) disparue, et, en ce sens, il est toujours extrêmement intéressant de l’écouter en concert.

(Visited 518 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris, Musée Jacquemart-André, salon de musique, 27-I 2012. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Fantaisie en ré mineur K. 397, Rondo en la mineur K. 511 ; Franz Schubert (1798-1828) : Suite de valses ; Johannes Brahms (1833-1897) : quatre pièces pour piano opus 119, Franck Martin (1890-1974). Paul Badura-Skoda, piano.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.