tous les dossiers(1)

Mona & Rica Bard, soeurs allemandes pour un pas de deux français

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Pas de Deux. Musique française pour duo de piano. Darius Milhaud (1892-1974) : Scaramouche ; Maurice Ravel (1875-1937) : Rhapsodie espagnole ; Georges Bizet (1838-1875) : Jeux d’enfants, op. 22 ; Francis Poulenc (1899-1963) : Sonate pour deux pianos ; Elégie (en accords alternés). Mona & Rica Bard, piano. 1 CD Audite. Réf. : 92.672, code barre : 4 022143 926722. Enregistré Siemens-Villa, Berlin Lankwitz, du 25 au 28 novembre 2011. Notice bilingue ; allemand, français. Durée : 74’03

 

Les Clefs ResMusica

Deux pianistes allemandes, Mona et Rica Bard, après avoir étudié dans les académies de Mannheim et Lübeck complètent leur formation avec plusieurs grands noms relatés à l’instrument dont Katia Labèque et Alfons Kantarsky.

Ces bases solides ont aidé au lancement du duo initié par plusieurs victoires lors de concours prestigieux et prolongé par de nombreuses participations sur la plupart des continents (festivals, concerts en duo ou avec orchestre, percussionnistes, jazzmen… radios, télévisions, enregistrements). On louera leur décision de rendre hommage à la musique française. Le cycle bien sympathique qu’acheva à l’automne de 1871, Jeux d’enfants, fort d’une douzaine de pièces aux caractères variés, emplis de charme où son imagination donne corps au mouvement de la « Toupie », à  la naïveté de « Poupée », au rythme de galop de « Chevaux de bois », au climat espiègle de « Quatre coins », au lyrisme de « Colin-Maillard »  et enfin au célèbre thème de galop du dernier mouvement « Le Bal ». Un réel moment de plaisir presque enfantin brillamment dressé par le compositeur de Carmen.

On ne pouvait oublier l’influence ibérique de toute une époque telle que l’illustre dans sa fameuse Rhapsodie espagnole, mieux connue dans sa version originale pour orchestre créée à Paris en 1908. Les Bard en décortiquent finement toutes les beautés tout comme elles servent avec précision et engagement Scaramouche de Milhaud, suite pour deux pianos (1937), une œuvre charmante et primesautière, mais aussi mélancolique et éblouissante, proche de l’âme du blues et de l’exotisme de la samba. La Sonate pour deux pianos de de 1953 rappelle bien des critères typiques de sa musique si typique. Un intéressant panorama,   globalement réussi, exploitant l’univers français de musique pour deux pianistes par trop délaissé.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.