Concerts, La Scène

Les jeunes prodiges des Révélations classiques de l’Adami

Plus de détails

Paris, Théâtre des Bouffes du Nord, 17-II-2013. Jean-Philippe Rameau (1683-1764) : Gavotte et ses doubles, extrait de la Suite en La ; Ernest Bloch (1880-1859) : Extraits de Jewish life n° 1 Prayer, n° 3 Jewish Song ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Die Zauberflöte, air de Sarastro « In diesen heil’gen Hallen… » ; Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Danse macabre ; Eugène Ysaÿe (1858-1931) : Sonate n° 3 pour violon seul op. 27 ; Astor Piazzolla (1921-1992) : Histoire du Tango, 2e mouvement ; Maurice Ravel (1875-1937) : l’Heure espagnole, air de Conception « Oh, la pitoyable aventure… » ; Gioachino Rossini (1792-1868) : La Cenerentolla, air de Cenerentolla « Nacqui all’affanno… non piu mesta » ; Niccolò Paganini (1782-1840) : Extrait de la grande sonate en la majeur pour guitare solo, « Romance et andantino variato » ; Giuseppe Verdi (1813-1901) : Rigoletto, air du duc de Mantoue « Ella mi fu rapita… » ; Charles Gounod (1818-1893) : Roméo et Juliette, air de Roméo « Ah, lève-toi Soleil… » ; Patrizio Buanne (1978-) : Air sicilien « Parla più piano… » ; Jean-Sébastien Bach (1685-1750) : Extrait de la 6e Suite pour violoncelle en ré majeur BWV 1012, « Allemande » ; Félix Mendelssohn (1809-1847) : Extrait du 1er Trio en ré mineur op. 49, « Andante con moto tranquilllo » ; Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Amadigi di Gaula, air de Melissa « Ah, spietato… » ; Giacomo Meyerbeer (1791-1864) : Le Pardon de Ploërmel ou Dinorah, « Ombre légère » ; Christoph Willibald Gluck (1714-1787) : Orphée et Eurydice, Duo. Yannaël Quenel, piano ; Luc Bertin-Hugault, basse ; Romuald Grimbert-Barré, violon ; Ahlima Mhamdi, mezzo-soprano ; Gabriel Bianco, guitare ; Kevin Amiel, ténor ; Louis Rodde, violoncelle ; Magali Arnault-Stanczak, soprano.

Pour la 17e année consécutive, les Révélations classiques de l’Association artistique de l’ nous révèlent de jeunes talents de premier plan. Ces interprètes, bien qu’au début de leur carrière, sont tous artistiquement aboutis, et leur niveau très élevé nous étonne toujours.

Quatre chanteurs – deux voix féminines et deux masculines – et quatre instrumentistes – guitare, violon, piano et violoncelle – ont offert une prestation magistrale sous la voûte du Théâtre des Bouffes du Nord. Chaque musicien a choisi deux ou trois pièces de caractère très différent, voire opposé, ce qui témoigne de leur polyvalence et de leur capacité d’adaptation stylistique. Par exemple, après avoir joué une Gavotte de Rameau, interprète des mélodies juives de Bloch ; le ténor Kevin Amiel chante deux airs connus du répertoire, l’air du duc de Mantoue et celui de Roméo, mais aussi un air sicilien, que l’on aurait plutôt l’habitude d’entendre dans un concert de variétés.

Il est difficile de formuler des remarques sur tous les musiciens ici, tant leur performance est soignée, mais relevons quelques notes particulièrement séduisantes. La basse , très comédien, chante la Danse macabre de Saint-Saëns avec des expressions à la fois cyniques et triomphantes ; la mezzo , tout aussi comédienne, met l’accent sur le caractère divertissant de l’air de Concepcion (L’Heure espagnole), et sa voix riche convient parfaitement au répertoire rossinien. Le guitariste , en véritable virtuose, nous livre un magistral « Romance » de la Sonate pour guitare solo de Paganini ; le changement de sonorité à chaque passage, tantôt subtil, tantôt audacieux, est vraiment savoureux. , sélectionnée dans la première promotion de l’Académie de l’Opéra-Comique, est un phénomène, sa facilité dans la vocalise, avec une voix cristalline, est absolument fascinante, mais elle a de surcroît quelque chose qui attire irrésistiblement l’attention de ceux qui écoute.

A la fin, les instrumentistes, d’une part, et les chanteurs, de l’autre, unissent leurs talents pour un grand final, dans Primavera porteño de Piazzolla et dans le quatuor final de Rigoletto. Un pur régal.

Plus de détails

Paris, Théâtre des Bouffes du Nord, 17-II-2013. Jean-Philippe Rameau (1683-1764) : Gavotte et ses doubles, extrait de la Suite en La ; Ernest Bloch (1880-1859) : Extraits de Jewish life n° 1 Prayer, n° 3 Jewish Song ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Die Zauberflöte, air de Sarastro « In diesen heil’gen Hallen… » ; Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Danse macabre ; Eugène Ysaÿe (1858-1931) : Sonate n° 3 pour violon seul op. 27 ; Astor Piazzolla (1921-1992) : Histoire du Tango, 2e mouvement ; Maurice Ravel (1875-1937) : l’Heure espagnole, air de Conception « Oh, la pitoyable aventure… » ; Gioachino Rossini (1792-1868) : La Cenerentolla, air de Cenerentolla « Nacqui all’affanno… non piu mesta » ; Niccolò Paganini (1782-1840) : Extrait de la grande sonate en la majeur pour guitare solo, « Romance et andantino variato » ; Giuseppe Verdi (1813-1901) : Rigoletto, air du duc de Mantoue « Ella mi fu rapita… » ; Charles Gounod (1818-1893) : Roméo et Juliette, air de Roméo « Ah, lève-toi Soleil… » ; Patrizio Buanne (1978-) : Air sicilien « Parla più piano… » ; Jean-Sébastien Bach (1685-1750) : Extrait de la 6e Suite pour violoncelle en ré majeur BWV 1012, « Allemande » ; Félix Mendelssohn (1809-1847) : Extrait du 1er Trio en ré mineur op. 49, « Andante con moto tranquilllo » ; Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Amadigi di Gaula, air de Melissa « Ah, spietato… » ; Giacomo Meyerbeer (1791-1864) : Le Pardon de Ploërmel ou Dinorah, « Ombre légère » ; Christoph Willibald Gluck (1714-1787) : Orphée et Eurydice, Duo. Yannaël Quenel, piano ; Luc Bertin-Hugault, basse ; Romuald Grimbert-Barré, violon ; Ahlima Mhamdi, mezzo-soprano ; Gabriel Bianco, guitare ; Kevin Amiel, ténor ; Louis Rodde, violoncelle ; Magali Arnault-Stanczak, soprano.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.