À emporter, CD, Musique symphonique

Toutes les Symphonies de Mendelssohn par Sawallisch et Markiz

Plus de détails

Felix Mendelssohn (1809-1847) : intégrale des 5 Symphonies ; intégrale des 13 Symphonies de jeunesse pour cordes. Helen Donath, Rotraud Hansmann, soprano ; Waldemar Kmentt, ténor. New Philharmonia Chorus (chef de chœur : Wilhelm Pitz). New Philharmonia Orchestra, direction : Wolfgang Sawallisch. Amsterdam Sinfonietta, direction : Lev Markiz. 1 coffret 7 CD Brilliant Classics 93777. Code barre : 5028421937779. Enregistré en 1967 à Londres, et entre 1994 et 1996 au Concertgebouw de Haarlem (Pays-Bas). ADD/DDD. Notices unilingues (anglais) succinctes. Durée : 68’16, 65’58, 59’44, 70’28, 60’02, 58’39, 69’35.

 

brilliant_mendelssohn_symphoniesLors de la parution du superbe coffret DGG consacré au monde de la symphonie selon Claudio Abbado, nous avons souligné son exceptionnelle réussite relative aux symphonies de Schubert et de Mendelssohn, pour évoquer de suite la belle figure musicale du très regretté (1923-2013) tout aussi heureux dans ce même répertoire. À l’audition des « grandes » symphonies de Mendelssohn que cet album Brilliant Classics a judicieusement rééditées et qui ne pouvait être plus bel hommage à ce grand chef récemment disparu, force est de constater que Sawallisch non seulement égale Abbado, mais le surclasse souvent par l’extrême clarté, la transparence, la lisibilité, l’énergie vigoureuse qu’il parvient à obtenir du , phalange d’élite des années 60. N’oublions pas qu’en outre, pour la Symphonie n°2 en si bémol majeur « Lobgesang » op. 52, Sawallisch s’adjoint non seulement la voix angélique de la soprano , mais aussi l’un des plus réputés – si pas le plus grand – chefs de chœur de l’époque, (1897-1973) qui tout comme Sawallisch, fut un des piliers du Festival de Bayreuth.

Tout au long de ce voyage mendelssohnien, on ne peut qu’admirer l’intelligence vive et lucide du grand chef d’orchestre allemand qui a idéalement et totalement saisi l’esprit et la forme de ces œuvres, grâce à la sûreté exceptionnelle de sa baguette, lui qui a dès sa jeunesse gravi patiemment tous les échelons de l’orchestre et du théâtre. L’album original microsillon Philips contenait également l’ouverture Ruy Blas en ut mineur, op. 95 (1839) qui, regrettablement, n’a pas été reprise ici.

Dans les années 60, les juvéniles symphonies pour orchestre à cordes de Mendelssohn ont enfin commencé à intéresser certaines formations spécifiques, comme l’Academy of St-Martin-in-the-Fields sous la baguette de son fondateur Sir Neville Marriner, ainsi que l’ensemble romain sans chef I Musici. Toutefois l’intégrale de ces pages de jeunesse ne fut publiée qu’au début des années 70 par Archiv Produktion avec le concours du spécialiste Kurt Masur et son Gewandhausorchester de Leipzig, aux effectifs généreux et de manière un peu lourde, il est vrai.

On ne peut guère attribuer ces caractéristiques à l’ sous la baguette virevoltante de qui nous livre interprétations précises, d’une transparence, d’une grâce dignes de ces pages étonnantes d’un Mendelssohn adolescent, dans lesquelles, tout en imposant une personnalité précoce et géniale, ce dernier rend tour à tour hommage à Bach, Haydn, Mozart et même Schubert. Initialement publiée chez BIS Records, la version de de ces pages délicieuses est très complète, puisqu’aux habituelles 12 Symphonies de jeunesse pour cordes, est jointe une n°13, soit un mouvement de Symphonie en ut mineur, tandis que la Symphonie n°8 en ré majeur nous est offerte sous ses deux versions : pour cordes seules et avec vents. Le seul reproche que nous ferons à ces exécutions est le jeu trop basé sur les pratiques « baroqueuses » avec ce qu’elles impliquent comme défauts potentiels : cordes sans vibrato, gonflements exagérés des notes longues… Ces pratiques paraîtront anachroniques, puisque, après tout, même si Mendelssohn vouait un culte à Bach, Haydn, Mozart, il était en plein romantisme, même pour ces symphonies composées entre 1821 et 1823 : il avait alors entre 12 et 14 ans ! …

Plus de détails

Felix Mendelssohn (1809-1847) : intégrale des 5 Symphonies ; intégrale des 13 Symphonies de jeunesse pour cordes. Helen Donath, Rotraud Hansmann, soprano ; Waldemar Kmentt, ténor. New Philharmonia Chorus (chef de chœur : Wilhelm Pitz). New Philharmonia Orchestra, direction : Wolfgang Sawallisch. Amsterdam Sinfonietta, direction : Lev Markiz. 1 coffret 7 CD Brilliant Classics 93777. Code barre : 5028421937779. Enregistré en 1967 à Londres, et entre 1994 et 1996 au Concertgebouw de Haarlem (Pays-Bas). ADD/DDD. Notices unilingues (anglais) succinctes. Durée : 68’16, 65’58, 59’44, 70’28, 60’02, 58’39, 69’35.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.