À emporter, CD, Musique symphonique

George Szell : un chef toujours pertinent

Plus de détails

Festival de Lucerne. Antonín Dvořák (1841-1904) : Symphonie n° 8 en sol majeur, op. 88. Johannes Brahms (1833-1897) : Symphonie n° 1 en do mineur, op. 68*. Philharmonie Tchèque ; Orchestre du Festival suisse.* 1 CD Audite. Réf. : audite 95.625, code barre : 4 022143 956255. Enregistrements réalisés les 30 août 1969 et 29 août 1962.* Notice trilingue : allemand, anglais, français. Durée : 81’06

 

George_Szell_AuditeLa carrière de (Budapest, 1897- Cleveland, 1970), chef d’orchestre hongrois naturalisé américain en 1946 a profondément marqué d’innombrables mélomanes du monde entier par le biais d’une discographie autant pléthorique que ponctuée de réalisations marquantes à l’ère de l’explosion de la gravure sur 33 tours abondamment étalées dans les bacs des disquaires et des petits supermarchés de l’époque précédant la mondialisation. Encouragé par , le pianiste doué s’efface bientôt devant le chef d’orchestre. A l’Opéra de Strasbourg, il remplace (1917-19) avant de poursuivre son parcours à Prague, Darmstadt et Düsseldorf au début des années 1920. Puis, c’est au Staatsoper de Berlin et à la tête de l’Orchestre symphonique de la radio qu’il donne toute sa mesure avant de trouver la gloire par sa direction au Met (1942-46) et surtout à l’Orchestre de Cleveland entre 1946 et 1970. C’est là qu’il gagne vraiment la notoriété internationale avant de laisser sa marque au Festival de Salzbourg, au Concertgebouw d’Amsterdam et à New York. Les témoignages enregistrés, innombrables, confirment la qualité de ses conceptions musicales.

L’étiquette « Lucerne Festival » publiée par Audite ressort régulièrement de précieux témoignages dont la plupart méritent de figurer parmi les plus indispensables d’une discothèque de qualité. et sa Symphonie n° 8 tout autant que avec sa Symphonie n° 1, incontestablement, justifient et méritent cette lecture tour à tour, et à bon escient, incandescente et pondérée, enthousiaste et saine, chaleureuse et impassible. Les deux orchestres qu’il propulse avec son pouvoir stimulant mû par un tempérament autoritaire et exigeant, parfois excessif, respectivement en 1969 et 1962, n’ont rien de démodées, constat justifiant cette réédition historique au service exclusif des œuvres elles-mêmes. Ces retrouvailles bienvenues réconforteront les nostalgiques de Szell, des enregistrements de l’époque et de la probité révélatrices d’une épopée interprétative placée très haut dans nos souvenirs et nos émotions d’adolescents avides de découvertes.

Plus de détails

Festival de Lucerne. Antonín Dvořák (1841-1904) : Symphonie n° 8 en sol majeur, op. 88. Johannes Brahms (1833-1897) : Symphonie n° 1 en do mineur, op. 68*. Philharmonie Tchèque ; Orchestre du Festival suisse.* 1 CD Audite. Réf. : audite 95.625, code barre : 4 022143 956255. Enregistrements réalisés les 30 août 1969 et 29 août 1962.* Notice trilingue : allemand, anglais, français. Durée : 81’06

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.