À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Grande jeunesse de Pollini dans des Sonates de Beethoven

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonates pour piano n° 4 en mi bémol majeur op. 7 ; n° 9 en mi majeur op. 14 n° 1 ; n°10 en sol majeur op. 14 n°2 ; n°11 en si bémol majeur op. 22. Maurizio Pollini, piano. 1 CD Deutsch Grammophon Réf : 477 8806 ; enregistré en janvier 2012 à KKL Luzern, Suisse, et en mai et juin 2012 à Herkulessaal, Residenz, Munich, Allemagne. Code-barre : 28947 78806. Livret en anglais, allemand, français et italien. Durée totale : 72’49.

 

pollini beethovenL’un des plus grands pianistes de notre temps, , a longtemps été réputé par son interprétation techniquement parfaite, si parfaite que certains la trouvaient froide.

Son nouveau disque, rassemblant des Sonates appartenant en grande partie à la première période de la production du compositeur, montrent un autre visage. A 72 ans (il est né en 1942), c’est avec la fraicheur d’un jeune homme que aborde ces œuvres, dans un esprit qui aurait pu habiter Beethoven lors de leur composition, entre 1796 et 1800. Ainsi, la fameuse « froideur » a totalement disparu, en faveur de caractère chaleureux et enthousiaste, perceptible dans une certaine précipitation – à peine audible il est vrai –, par exemple dans les successions de gammes descendantes ou ascendantes du premier mouvement de la Sonate en mi majeur ou bien le premier mouvement de celle en si bémol majeur, où le passage rapide à doubles croches n’est plus aussi rigoureux. Le dynamisme du jeu auparavant très contrôlé semble également céder à une sorte de « laisser aller ». Quant aux mouvements lents, la beauté de la ligne mélodique est toujours naturellement mise en avant, sans que ce ne soit pas excessive, à une allure assez vive (2e mouvement des Septième et Onzième Sonates).

Tout cela pour une interprétation encore plus dynamique et profonde, et si on peut se permettre de le formuler ainsi, plus humaine. Le son est, paraît-il, volontairement laissé avec des résonnances qui, sous l’effet de la pédale droite, mêlent parfois très légèrement plusieurs notes. C’est en partie cette prise de son qui donne une grande chaleur à l’ensemble de l’interprétation. Cet enregistrement procure ainsi un grand plaisir à nos oreilles et convaincra des mélomanes qui étaient jusqu’à maintenant assez réticents à l’égard de son art.

(Visited 341 times, 1 visits today)

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonates pour piano n° 4 en mi bémol majeur op. 7 ; n° 9 en mi majeur op. 14 n° 1 ; n°10 en sol majeur op. 14 n°2 ; n°11 en si bémol majeur op. 22. Maurizio Pollini, piano. 1 CD Deutsch Grammophon Réf : 477 8806 ; enregistré en janvier 2012 à KKL Luzern, Suisse, et en mai et juin 2012 à Herkulessaal, Residenz, Munich, Allemagne. Code-barre : 28947 78806. Livret en anglais, allemand, français et italien. Durée totale : 72’49.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.