À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Les mélodies de Maurice Emmanuel à nouveau restituées

Plus de détails

Maurice Emmanuel (1862-1938) : Odelettes anacréontiques op.13, Musiques op.17, Vocalise-étude op.24, In Memoriam op.11. Florence Katz, mezzo-soprano ; Lionel Peintre, baryton ; Marie-Catherine Girod, piano ; Claude Lefebvre, flûte ; Jean-Marc Phillips-Varjabédian, violon ; Henri Demarquette, violoncelle. 1 CD Timpani 1C1198. Code barres : 3377891311988. Enregistré au Théâtre de Poissy du 3 au7 juillet 1995. Notice de présentation bilingue (français-anglais) toujours excellente avec les textes des mélodies. Durée : 56’30

 

emmanuelAprès avoir exploré avec un égal bonheur sa musique de chambre, son oeuvre symphonique et pianistique, c’est maintenant au tour des mélodies de de connaître à nouveau l’honneur de l’excellent label qui les réédite. Ce tour d’horizon complet de l’art vocal d’un auteur fascinant, encore largement méconnu, parcours chronologiquement les années 1908 (In Memoriam), 1911 (Odelettes anacréontiques), 1918 (Musiques) et 1926 (Vocalise-étude). Autant dire une période de pleine maturité créatrice Emmanuel alors proche de la cinquantaine pour les premières compositions dans le genre.

La conception de cet enregistrement ne suit d’ailleurs pas tout à fait l’ordre du temps, mais peu importe car la dernière pièce, bien que la première en date de composition, est la cerise sur le gâteau. Florence Katz déploie avec humilité son registre de mezzo-soprano plutôt clair, registre qui s’insinue avec finesse et clarté dans les méandres recherchés de la poésie française du tournant du siècle. Musicalement plus « intellectuel » que les Odelettes flûtées et naturalistes de Rémi Belleau et Pierre de Ronsard – dont le langage Emmanuellien suit d’ailleurs la fraîcheur et une forme de simplicité – les Musiques constituent le cœur de la production vocale de leur auteur. Avec ses recherches modales intégrées à un modernisme incroyable pour l’époque, le plus grand cycle de mélodies de est un vrai plaisir de sonorités autant linguistiques que musicales. Inutile de préciser que ces mélodies vont stimuler des couleurs dans l’oreille de l’amateur de voix tout autant qu’une attention soutenue envers celles du piano-commentaire de .

In Memoriam, chef-d’œuvre annoncé, achève ce disque-découverte par un très émouvante expression musicale d’un dialogue entre un fils et sa mère mourante. La formation même en est originale : deux voix (la mère et le fils), agrémentées d’un violon, d’un violoncelle et d’un piano. L’ensemble se déroule comme une espèce de « cantate de chambre » sans véritable rupture. Le jeu expressif du baryton est empreint d’une gravité de circonstance est également juste dans ses expressions naturellement émouvantes. Sa voix point trop grave n’alourdit heureusement pas le contenu grave du texte. On reste dans la subtilité de l’évocation de la douleur, ce qui est préférable à un dolorisme excessif.

Comme beaucoup de sorties consacrées à Maurice Emmanuel, cet enregistrement de « premières » ne peut qu’être précieusement compulsé comme un trésor du très subtil art vocal français.

(Visited 282 times, 1 visits today)

Plus de détails

Maurice Emmanuel (1862-1938) : Odelettes anacréontiques op.13, Musiques op.17, Vocalise-étude op.24, In Memoriam op.11. Florence Katz, mezzo-soprano ; Lionel Peintre, baryton ; Marie-Catherine Girod, piano ; Claude Lefebvre, flûte ; Jean-Marc Phillips-Varjabédian, violon ; Henri Demarquette, violoncelle. 1 CD Timpani 1C1198. Code barres : 3377891311988. Enregistré au Théâtre de Poissy du 3 au7 juillet 1995. Notice de présentation bilingue (français-anglais) toujours excellente avec les textes des mélodies. Durée : 56’30

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.