Plus de détails

Peter Benoit (1834-1901) : Rubens-Cantate – Marche ; La Pacification de Gand – Entrée du Duc d’Albe à Bruxelles et Fête populaire ; Charlotte Corday – Entracte et Valse. Marcel Poot (1901-1988) : Allegro symphonique ; Ouverture Joyeuse. August De Boeck (1865-1937) : Rhapsodie Dahoméenne. Arthur De Greef (1862-1940) : Quatre vieilles Chansons Flamandes. Orchestre Symphonique de la Radiodiffusion Nationale Belge, Bruxelles, direction : Franz André. 1 CD-R Forgotten Records. Enregistré entre novembre 1950 et avril 1958 au Palais des Beaux-Arts, Bruxelles.] Durée : 48’03.

 

forgottenrecords_franz_andreCette parution consacrée au chef belge est encore une perle du magnifique label français Forgotten Records, et par la même occasion, la réparation d’une injustice.

S’il existe un label qui rechigne à restaurer ses gravures en CD, c’est bien Telefunken (ou Teldec, actuellement sous Warner Classics), hormis évidemment les enregistrements à la mode de baroqueux bien connus qui l’ont rendu célèbre par la fameuse série « Das Alte Werk »… Certains « majors » du disque n’ont à s’en prendre qu’à eux-mêmes si certains de leurs grands artistes du passé tombent dans l’oubli, et il n’est guère étonnant que de vrais mélomanes viennent au secours de ces musiciens en péril en restaurant leur héritage sur CD. Prenons le cas par exemple des gravures Telefunken de Willem Mengelberg (1871-1951) : on les trouve en CD sous diverses étiquettes de qualité (Pearl, Naxos…) sauf paradoxalement chez l’éditeur d’origine, Teldec-Warner… Un comble !… Quoi qu’il en soit, remercions chaleureusement Forgotten Records de nous proposer ce disque consacré à , en espérant que ce ne soit que le début d’une belle série.

Élève de Felix Weingartner (1863-1942), le chef d’orchestre bruxellois Franz André (1893-1975) fut associé à la Radio Belge dès ses débuts (1923, I.N.R. d’abord, R.T.B. ensuite), créant le Grand Orchestre Symphonique de la Radio en 1935 et animant la vie musicale belge en enrichissant l’horizon musical de chacun par son inlassable curiosité et son enthousiasme lucide et chaleureux. Il a révélé au public belge et même français quantité de partitions qui leur seraient restées inconnues sans lui, et assuré la création de nombre d’entre elles, parmi lesquelles il faut citer le Concerto pour percussion de Jolivet ; Le Buisson Ardent, Le Livre de la Jungle, la Symphonie n°1 de Koechlin ; Les Euménides, la Symphonie n°7 de Milhaud ; le Requiem, La Mort de Don Juan de Roman Palester ; la Symphonie n°1 « Expiatoire », la Symphonie n°3 « I.N.R. » de Sauguet ; Le Roi des Étoiles de Stravinsky ; le Concerto pour orchestre de Tansman ; sans compter multitude d’œuvres de compositeurs belges.

Dès lors, Franz André réalise une centaine de gravures s’étalant de 1937 à 1958, et beaucoup supportent aisément la comparaison avec celles contemporaines des meilleures phalanges internationales et d’illustres chefs : ainsi les Fontaines et les Pins de Rome de Respighi par Franz André ont été à l’époque préférés à ceux d’Arturo Toscanini ! Et les interprétations du chef belge des Préludes de Liszt et de L’Apprenti Sorcier de Dukas ont toujours été estimées parmi les plus belles sur disque. Par conséquent, avoir à notre disposition en CD de la musique belge par ce très grand chef est une véritable aubaine : Forgotten Records avait déjà publié un disque offrant deux œuvres de César Franck, compositeur d’origine liégeoise (fr758), voici maintenant une publication proposant des pages très savoureuses de compositeurs flamands. On appréciera la musique sans problème, assez nationaliste, d’esprit breughélien et haute en couleurs de Peter Benoit (1834-1901) ; celle plus moderne mais tout aussi truculente de Marcel Poot (1901-1988) ; le petit bijou qu’est la Rhapsodie Dahoméenne d’August De Boeck (1865-1937) dont l’exotisme ne saurait cacher l’influence de l’esthétique du Groupe des Cinq, surtout de Borodine ; et enfin les ravissantes Quatre vieilles Chansons Flamandes pour orchestre d’Arthur De Greef (1862-1940) déjà évoquées lors de la parution du superbe coffret APR 7401, et dont il semble bien que ce soit le seul enregistrement existant.

Tout cela nous offre un concert des plus délectables qu’il serait ridicule de bouder, surtout par la perfection des interprétations de Franz André et de son Grand Orchestre Symphonique de la R.T.B.

 

Plus de détails

Peter Benoit (1834-1901) : Rubens-Cantate – Marche ; La Pacification de Gand – Entrée du Duc d’Albe à Bruxelles et Fête populaire ; Charlotte Corday – Entracte et Valse. Marcel Poot (1901-1988) : Allegro symphonique ; Ouverture Joyeuse. August De Boeck (1865-1937) : Rhapsodie Dahoméenne. Arthur De Greef (1862-1940) : Quatre vieilles Chansons Flamandes. Orchestre Symphonique de la Radiodiffusion Nationale Belge, Bruxelles, direction : Franz André. 1 CD-R Forgotten Records. Enregistré entre novembre 1950 et avril 1958 au Palais des Beaux-Arts, Bruxelles.] Durée : 48’03.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.