À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Les Bach admirablement joués par Batiashvili et ses acolytes

Plus de détails

Lisa Batiashvili, violon ; François Leleux, hautbois et hautbois d’amour ; Emmanuel Pahud, flûte ; Sébastien Klinger, violoncelle ; Peter Kofler, clavecin ; orchestre de chambre de l’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise. 1 CD Deutsche Grammophon. Réf. : 479 2479, code barre : 0028947924791. Enregistrement réalisé le (pas trouvé). Notice (pas trouvée). Durée : 69’16

 

bach_batiashviliDes artistes qui magnifient individuellement et collectivement les strates sonores de ces fameuses partitions.

A l’évidence, , violoniste née en 1979 à Tiflis en Georgie, pilote d’une main de maître cette nouvelle livraison consacrée à Jean Sébastien Bach et son fils Carl Philip Emanuel. Son violon déploie une sonorité franche, chaleureuse, dominante mais sans volonté toutefois de museler ses partenaires.

A ses côtés officient des musiciens de premier ordre entièrement dévoués à leurs partitions et à la gloire des Bach. Le hautboïste français , époux de la violoniste à la ville, tire de son instrument de merveilleuses sonorités en particulier dans les mouvements lents. Bien sûr la présence d’, le flûtiste renommé du Berliner Philharmoniker, apporte une contribution agile et rafraîchissante. Participent également à l’aventure le violoncelliste allemand , musicien précoce, demandé et apprécié et son compatriote dont l’aisance au clavecin (et à l’orgue) ne laisse de séduire. Soutenus avec suffisamment de discrétion par un splendide et harmonieux orchestre de chambre issu de l’Orchestre symphonique de Bavière, les solistes offrent par exemple de l’Allegro du Concerto pour violon, cordes et continuo en mi majeur BWV 1042 une vision homogène, sensible, tout à fait à la hauteur de leur réputation. Les quelques imperfections détectables ici et là ne viennent en rien ternir la valeur du résultat final. On pense à une dynamique parfois très légèrement apathique et à de très courtes sections un rien essoufflées. La Sonate pour violon n° 2 en la mineur BWV 1003, jouée en soliste par , confirme le sérieux de ses exigences servies par une technique irréprochable et une maîtrise de toutes les subtilités de ce répertoire baroque très fréquenté. Collectivement les solistes établissent sans effort ni renoncement apparents un équilibre de sérénité et d’entrain, un niveau poétique remarquable, un dédain bienvenu envers une vaine virtuosité et des effets surajoutés non indispensables. Ils magnifient individuellement et collectivement les strates sonores des fameuses partitions.

Au total, cette interprétation se positionne aux premiers rangs d’une riche et abondante discographie.

Plus de détails

Lisa Batiashvili, violon ; François Leleux, hautbois et hautbois d’amour ; Emmanuel Pahud, flûte ; Sébastien Klinger, violoncelle ; Peter Kofler, clavecin ; orchestre de chambre de l’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise. 1 CD Deutsche Grammophon. Réf. : 479 2479, code barre : 0028947924791. Enregistrement réalisé le (pas trouvé). Notice (pas trouvée). Durée : 69’16

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.