À emporter

Deux créations au disque de Connesson

Plus de détails

Guillaume Connesson (né en 1970) : Concerto pour violoncelle et orchestre. Lucifer, ballet en 2 actes. Jérôme Pernoo, violoncelle. Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, direction : Jean-Christophe Spinosi. 1 CD DG 4811166. Code barres : 028948111664. Enregistré du 31 mai au 5 juin 2012, Auditorium Rainier III, Monaco. Notice bilingue (français/anglais). Durée : 65’26

 

81Xdl6IGQQL__SL1500_Le concerto pour violoncelle et le ballet Lucifer, deux créations au disque de

Le langage musical de est aisément abordable. Cet enregistrement permet d’accéder sur disque aux plus denses compositions de l’auteur. L’accessibilité de l’écoute engendre alors une affinité avec l’œuvre, assure une connivence entre un auditeur charmé et le savant d’une écriture malgré tout très élaborée. Toutes les familles d’orchestre sont travaillées tour à tour, se mélangent au gré de l’inspiration et nous touchent au bon moment. Deux genres bien spécifiques sont représentés ici : le concerto et le ballet. Deux possibilités d’écoute s’offrent à nous : l’écoute « à l’aveugle » ou l’écoute « guidée », puisque tous les mouvements du Concerto et du ballet possèdent un titre. De là à n’y voir que de la musique descriptive, on sombrerait dans l’erreur d’intention, car en fait, si le concerto ne peut échapper au style concertant, le ballet quant à lui, malgré une rythmique quasi permanente, peut s’entendre comme un long développement symphonique proche du poème lisztien.

L’art de l’instrumentation très personnel de Guillaume Connesson.

Connesson séduit par ses alliages de timbres recherchés (le Paradisiaque du concerto ou La Rencontre de Lucifer) et son dynamisme jouissif. La satisfaction instrumentale qu’apporte le concerto vient en partie du fait que le compositeur a travaillé main dans la main avec le soliste pour son élaboration. Le choix de au violoncelle, au style franc et subtil, sans vibrato disgracieux, porte ses fruits, et la direction enflammée du trublion , touche à tout génial, y apporte l’élément de folie qui apporte la dynamique et l’enthousiasme nécessaire. L’abondant livret en français sous forme d’interview avec le compositeur éclairera les plus curieux dans ses intentions.

Plus de détails

Guillaume Connesson (né en 1970) : Concerto pour violoncelle et orchestre. Lucifer, ballet en 2 actes. Jérôme Pernoo, violoncelle. Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, direction : Jean-Christophe Spinosi. 1 CD DG 4811166. Code barres : 028948111664. Enregistré du 31 mai au 5 juin 2012, Auditorium Rainier III, Monaco. Notice bilingue (français/anglais). Durée : 65’26

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.