Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Concert anniversaire Olivier Greif, choc magnifique

Plus de détails

Paris. Auditorium Olivier Alain du CRR. 21-V-2015. Olivier Greif (1950-2000): Sonate n°15 « de guerre », op.54; Sonate n° 22 “Les plaisirs de Chérence », op.319 (dédiée à Brigitte François-Sappey); Trio, op.353; Le Tombeau de Ravel, op.56. Ensemble Olivier Greif de Groningen : Victoria Dmitrieva; Jesus Jimenez; Anne-Élise Thouvenin, violoncelle). Aline Piboule, Géraldine Dutroncy et Fuminori Tanada, piano.

hommagegreif2015Pour les 65 ans de la naissance d’ et les 15 ans de sa disparition,  a réuni une nouvelle génération d’interprètes autour d’œuvres emblématiques du compositeur. Un choc magnifique.

Pour ce concert hommage accueilli par le Conservatoire de la rue de Madrid, toute la petite communauté des proches d’ était réunie pour entendre sa musique défendue par un choix de nouveaux interprètes. Au terme d’un concert vraiment intense, la relève est mieux qu’assurée, et la puissance émotionnelle de la musique d’une évidence aveuglante. La question n’est plus si la musique de Greif  trouvera son public comme celle de Chostakovitch, mais simplement à quel rythme, par quelles œuvres et quels interprètes.

Il  y avait quelque chose de singulier dans l’interprétation successive  des deux sonates, celles dites « de guerre » et « [d]es plaisirs de Chérence »  et du Trio : ce n’était pas tant la maîtrise du style par les interprètes – noirceur lyrique avec  dans la Sonate de guerre, grandeur percussive avec  dans les Plaisirs de Chérence, déferlement d’énergie dans un corset de fer pour le Trio mené par la violoncelliste  – c’était le voyage dans le tréfonds de l’âme humaine auquel ces œuvres exposent ceux qui la jouent et l’écoutent. Jouer cette musique a une dimension dantesque, où à l’instar du grand poète vous descendez dans les cercles de l’Enfer, et vous en ressortez transformé, choqué, renforcé, épuisé et grandi.

Il fallait voir l’état d’épuisement physique et le regard transformé d’ et  au moment de saluer le public et, pour les musiciens de l’Ensemble Olivier Greif de Groningen, dès la fin du De Profundis, le premier mouvement du trio  (de loin le plus difficile de l’oeuvre). Olivier Greif aurait été satisfait de voir sa musique défendue comme cela, avec un engagement et une confiance absolus dans le chemin qu’il avait tracé.

Le Tombeau de Ravel interprété par Géraldine Dutroncy et , apportait une décontraction relative mais bienvenue pour ce clore ce concert de bon augure pour les 15 prochaines années.

 

Photo : Géraldine Dutroncy,  , Aline Piboule, Anne-Elsie Thouvenin, Victoria Dmitrieva, Jesus Jimenez. Crédit Association Olivier Greif

Plus de détails

Paris. Auditorium Olivier Alain du CRR. 21-V-2015. Olivier Greif (1950-2000): Sonate n°15 « de guerre », op.54; Sonate n° 22 “Les plaisirs de Chérence », op.319 (dédiée à Brigitte François-Sappey); Trio, op.353; Le Tombeau de Ravel, op.56. Ensemble Olivier Greif de Groningen : Victoria Dmitrieva; Jesus Jimenez; Anne-Élise Thouvenin, violoncelle). Aline Piboule, Géraldine Dutroncy et Fuminori Tanada, piano.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.