À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Les lieder de Schubert transcrits par Bernard Cavanna

Plus de détails

Franz Schubert (1797-1828), Lieder dans la transcription de Bernard Cavanna : Heidenröslein D.257 ; Gretchen am Spinnrade op. 2 D.118 ; Im Frühling D.882 ; Meeres Stille D.216 ; An den Mond op. 57 D.193 n° 3 ; Die Taubenpost D.965a ; Erlkönig D.328 ; Romanze D.797 n° 3 ; Frühlingssehnsucht D.957 ; Bernard Cavanna (né en 1951) : Trio n° 1 et Trio n°2 pour accordéon, violon et violoncelle. Isa Lagarde, soprano ; Noëmi Schindler, violon ; Anthony Millet, accordéon ; Atsushi Sakaï, violoncelle. 1 CD NoMadMusic. Enregistré au Studio Label Bleu entre mai et septembre 2015. Durée : 68’38.

 

4935161_6_9b38_pochette-du-cd-cavanna-schubert_4c882e5153f6c5a65bdd584965dc8af2Après un Karl Koop Konzert plutôt gaillard et batailleur, (cf notre article), rien ne laissait supposer que pût s’attendrir sur la musique de Schubert et l’aura intimiste de sa musique vocale dans ce nouvel album monographique paru chez NoMadMusic.

Pour sa transcription de treize Lieder du chantre romantique, invitant le timbre chaleureux d’, Cavanna ose l’accordéon () aux côtés du violon () et du violoncelle (). Ses deux trios écrits pour la même formation instrumentale confrontent, voire prolongent, l’univers schubertien avec un rare bonheur.

Figurent, dans cette sélection au goût très sûr, des chefs d’œuvre de jeunesse comme Erlkönig et Gretchen am Spinnrade où le col legno du violon apporte sa touche boisée au mouvement obstiné du rouet. Les instruments confèrent une épaisseur dramatique inouïe aux deux Lieder de maturité, Frühlingssehnsucht et Die junge Nonne dans lequel violoncelle et violon dialoguent sur les palpitations de l’accordéon. Le même frisson du « piano à bretelles » s’entend dans le sublime Lied der Mignon dont la ligne de chant très pure et la diction exemplaire d’ concentrent l’émotion. Celle-ci habite également ce joyau plus rare mais non moins étonnant du Meeres Stille (Mer calme) qui s’inscrit dans un temps très étiré et presque wagnérien où les seuls pizzicati des cordes animent la trame presque « gelée » de l’accordéon. Ce dernier est irrésistible dans la petite ritournelle de plein air qu’il partage avec le violon pour ponctuer les trois strophes de Im Frühling D.882.

Rappelant, par sa dramaturgie latente, Messe un jour ordinaire – monodrame gravé chez MFA avec la voix d’Isa Lagarde – le Trio n°1 (1995) saisit par la fulgurance de sa trajectoire s’abîmant dans un sublime dernier mouvement lent, sorte de cavatine sans parole rejoignant le tragique schubertien. Le Trio n°2 (2004) en deux mouvements change la donne. La pièce s’origine sur les longues tenues dans l’aigu des instruments qui unissent leur sonorités. Cavanna creuse là aussi l’expression, plus âpre et explosive encore, la partie de violon (chaleureuse ) citant une mélodie pour voix et accordéon précédemment écrite. La Gigue de la duchesse, second mouvement molto vivo (l’original est pour accordéon solo) n’est pas dans cette veine. Il s’agit d’un perpetuum mobile comme aime les concevoir notre compositeur où l’accordéon (fougueux Antony Millet) est en conflit avec les cordes qui tentent de barrer sa route.

L’album s’ouvre et se referme sur deux Volkslieder extrêmement connus, Heidenröslein et Das Wandern, Cavanna exerçant sa verve de transcripteur dans ces miniatures finement recolorées. Isa Lagarde et ses trois partenaires déploient une palette impressionnante de couleurs et de nuances expressives pour habiter chacun de ces microcosmes et lui donner son éclairage singulier.

Plus de détails

Franz Schubert (1797-1828), Lieder dans la transcription de Bernard Cavanna : Heidenröslein D.257 ; Gretchen am Spinnrade op. 2 D.118 ; Im Frühling D.882 ; Meeres Stille D.216 ; An den Mond op. 57 D.193 n° 3 ; Die Taubenpost D.965a ; Erlkönig D.328 ; Romanze D.797 n° 3 ; Frühlingssehnsucht D.957 ; Bernard Cavanna (né en 1951) : Trio n° 1 et Trio n°2 pour accordéon, violon et violoncelle. Isa Lagarde, soprano ; Noëmi Schindler, violon ; Anthony Millet, accordéon ; Atsushi Sakaï, violoncelle. 1 CD NoMadMusic. Enregistré au Studio Label Bleu entre mai et septembre 2015. Durée : 68’38.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.