À emporter, CD, Musique symphonique

Louis Langrée et le CSO dans 3 concertos pour orchestre contemporains

Plus de détails

Zhou Tian (né en 1981) : Concerto pour Orchestre. Thierry Escaich (né en 1965) : Psalmos, Sinfonia Concertante pour Orchestre. Sebastian Currier (né en 1959) : Flex. Cincinnati Symphony Orchestra, direction : Louis Langrée. 2 CD CSO Fanfare Cincinnati. Enregistré en novembre 2015 (Currier) et mai 2016 (Tian ; Eschaich). Durées : 61’08’’ ; 34’52’’

 

langree-cincinnati-escaich-tian-currierTrès dynamique dans la musique contemporaine depuis sa création, l’Orchestre de Cincinnati livre un nouvel album présentant trois concertos pour orchestre commandés au cours de la saison 2015-2016. La direction souple et dynamique du directeur musical permet de faire ressortir les couleurs de l’ensemble grâce à ces partitions modernes, toutes tonales.

Né en 1981 à Hangzhou et aujourd’hui résidant dans le Michigan, fait partie de la troisième génération de compositeurs chinois dans la continuité de , ou . Sa musique joue sur des sons souvent proches de l’univers debussyste, mais en recherchant plus particulièrement la dynamique des musiques post-Sacre et de la musique minimaliste issue du nouveau continent, ici très bien rendues par un ensemble très à l’aise pour développer ces ambiances colorées.

Plus noire, la seconde pièce du Français , Psalmos, tire son titre et son matériau mélodique de thèmes de chorals de la tradition luthérienne, dont la plupart ont déjà été utilisés plus tôt par Bach. Cette Symphonie concertante pour orchestre en cinq mouvements alterne moments vivaces avec d’autres où la musique devient plus latente. La palette sombre des cordes développe ici une tension marquée, bien que le chef demande manifestement un vibrato prononcé des archets, notamment sur les violoncelles et contrebasses. Les cuivres souvent bouchés accompagnent le tout avec des percussions très présentes et toujours parfaitement agencées à l’ensemble.

Tout de suite identifiable par son style cursif et son atmosphère sonore, la dernière pièce de utilise elle aussi la répétitivité et le cadencement, dans la continuité de pièces comme Pacific 231 d’Arthur Honegger. Un accord récurrent tenu par plusieurs groupes de cordes permet de soutenir un développement de phrases amples sur les premiers violons et alternativement de faire ressortir des soli de bois, de cuivre et du piano dans la première partie, In The Spotlight. Puis Fifteen Versions of the Same Phrase est un court développement d’un même thème alternativement distribué à tous les instruments, parfois solo et parfois en groupe. Les quatre dernières pièces de l’œuvre jouent souvent sur des variations jusqu’à la calme et sereine Alone & Together, avant de conclure par l’efficace Group Dynamics. Là encore la tension et les couleurs dégagés par le mettent en valeur la qualité de l’ensemble en même temps que la maîtrise et la rigueur de battue de , dont la qualité à tout coordonner est sans faille dans cette dernière œuvre comme dans l’intégralité du coffret.

Plus de détails

Zhou Tian (né en 1981) : Concerto pour Orchestre. Thierry Escaich (né en 1965) : Psalmos, Sinfonia Concertante pour Orchestre. Sebastian Currier (né en 1959) : Flex. Cincinnati Symphony Orchestra, direction : Louis Langrée. 2 CD CSO Fanfare Cincinnati. Enregistré en novembre 2015 (Currier) et mai 2016 (Tian ; Eschaich). Durées : 61’08’’ ; 34’52’’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.