À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Olivier Latry inaugure l’orgue de la Philharmonie de Paris

Plus de détails

Aram Khatchaturian (1903-1978) : Danse du sabre (Gayaneh). Manuel de Falla (1876-1946) : Danse rituelle du feu (L’amour sorcier). Félix Mendelssohn : Variations sérieuses op. 54. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Sinfonia de la cantate BWV 29. Franz Liszt (1811-1886) : Saint-François de Paule marchant sur les eaux. Richard Wagner (1813-1883) : Prélude et mort d’Isolde. Frédéric Chopin (1810-1849) : Prélude op. 28 n° 4. Nikolaï Rimsky-Korsakov (1844-1908) : Le vol de bourdon. Claude Debussy (1862-1918) : La cathédrale engloutie. Gabriel Fauré (1845-1924) : Sicilienne de Pelléas et Mélisande op. 80. Camille Saint-Saëns (1835-1924) : Danse macabre op. 40. 1 CD Erato. Enregistré dans la grande salle Pierre Boulez de la philharmonie de Paris du 20 au 23 novembre 2016. Livret français anglais allemand. Durée totale : 78’31

 

Les Clefs d'or

latry_-_voyages

Quelques mois après l’inauguration officielle du nouvel orgue de la Philharmonie de Paris, propose un programme orchestral idéal pour la mise en valeur de cet instrument exceptionnel.

Il y a tout juste un an, le grand orgue de la Philharmonie de Paris était inauguré par Bernard Foccroulle, et Philippe Lefebvre. Le public fut alors ébloui par un instrument structuré, puissant, à l’aise dans une large acoustique et doté d’une harmonie de tout premier choix. Le facteur d’orgue allemand Rieger choisi pour cette réalisation a livré un orgue de 90 jeux conçu pour une utilisation multiple : concerts solo ou avec orchestre ou avec des chœurs. On comprend donc que sa fonction s’éloigne de toute utilisation de type liturgique, d’où une conception différente, basée sur une recherche orchestrale, dynamique et de grande flexibilité, afin de servir un autre répertoire, quasi illimité et ouvert à la transcription. Afin de conserver un accent français à cet instrument il a été demandé à Michel Garnier, harmoniste réputé de créer un son original, reposant sur tout le savoir-faire de l’école française. Cette étape ultime dans la construction d’un orgue, fondamentale, détermine tout ce qui en fera sa personnalité et sa beauté sonore.

Olivier Latry a choisi un programme très adapté afin de nous faire découvrir toutes les qualités du nouvel instrument. La plupart des pièces sont des transcriptions ou des adaptations d’œuvres pour orchestre. On se délectera de diverses danses, du sabre, du feu ou macabre, jouées avec éclat et nuances variées depuis le plus imperceptible jusqu’au tutti fortissimo, couronné par des trompettes en chamade de grande classe. Le poème symphonique fait merveille avec Liszt et Wagner : Le prélude et mort d’Isolde représente le sommet du disque, on oublie par moment l’orgue, instrument même de l’illusion, tant les couleurs de l’orchestre et ses subtilités sont rendues avec une précision confondante. Le crescendo dans la dernière partie est saisissant et grandement émouvant. L’acoustique de la Philharmonie passe désormais comme l’une des meilleures au monde, l’orgue s’y développe avec aération, sans aucune oppression, ce qui est très rare.

D’autres pièces font encore appel aux adaptations comme les Variations sérieuses de Mendelssohn, ou la Cathédrale engloutie de Debussy. Olivier Latry arrive à en faire des œuvres pour orgue, c’est tout dire ! Au sommet de son art, cet artiste, titulaire de l’orgue de Notre-Dame de Paris, nous enchante tout au long de ce récital, que l’on ne saurait trop recommander afin de découvrir par la grande porte, toutes les facettes de cet orgue fascinant, résolument tourné vers l’avenir.

Plus de détails

Aram Khatchaturian (1903-1978) : Danse du sabre (Gayaneh). Manuel de Falla (1876-1946) : Danse rituelle du feu (L’amour sorcier). Félix Mendelssohn : Variations sérieuses op. 54. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Sinfonia de la cantate BWV 29. Franz Liszt (1811-1886) : Saint-François de Paule marchant sur les eaux. Richard Wagner (1813-1883) : Prélude et mort d’Isolde. Frédéric Chopin (1810-1849) : Prélude op. 28 n° 4. Nikolaï Rimsky-Korsakov (1844-1908) : Le vol de bourdon. Claude Debussy (1862-1918) : La cathédrale engloutie. Gabriel Fauré (1845-1924) : Sicilienne de Pelléas et Mélisande op. 80. Camille Saint-Saëns (1835-1924) : Danse macabre op. 40. 1 CD Erato. Enregistré dans la grande salle Pierre Boulez de la philharmonie de Paris du 20 au 23 novembre 2016. Livret français anglais allemand. Durée totale : 78’31

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.