À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Six sonates pour piano de Jaan Rääts par Nicolas Horvath

Plus de détails

Jaan Rääts (né en 1932) : Sonates pour piano (vol. I). Sonates n° 1, op. 11 n° 1 ; n° 2, op. 11 n° 2 ; n° 3, op. 11 n° 3 ; n° 4, op. 36, « Quasi Beatles » ; n° 9, op. 76 ; n° 10, op. 114. Nicolas Horvath, piano. 1 CD Grand Piano GP 765. Enregistré au Studio Paris-Forêt, Achères-la-Forêt, France, les 10 juillet 2016 et 14 octobre 2016. Notice en anglais et français. Durée : 51’29

 

Les Clefs d'or

raats_sonates_pianDans les années 1960 un groupe de compositeurs estoniens s’est hissé à un haut degré de créativité. On connaît les noms de , et , beaucoup moins celui de Jaan Rääts.

Cet élève des conservatoires de Tartu et Tallinn fut aussi un étudiant de l’excellent Heino Eller avant de devenir ingénieur du son à la Radio estonienne, responsable des programmes musicaux et enfin directeur de la musique à la Télévision de son pays. Rääts, président de l’Union des compositeurs estoniens et professeur à l’Académie de musique d’Estonie, n’a pas négligé la composition montrant une préférence certaine pour la musique instrumentale où se côtoient deux symphonies, vingt-quatre concertos, de la musique de chambre et des partitions pour le cinéma.

Parmi ses œuvres consacrées au piano seul se détachent dix sonates, peu courtisées, que le pianiste français défend avec fougue, enthousiasme et brio. La présente livraison nous permet d’en découvrir six, écrites entre 1959 et 2014, révisions incluses. Toutes profitent de l’acquisition d’une multiplicité de sources au profit d’une écriture, sinon foncièrement originale, du moins singulière et personnelle. La Sonate n° 9 (1985, rév. 2014) fait usage dans son premier mouvement de répétitions de blocs d’accords et de brefs motifs enrichis de douces dissonances ; le second mouvement apaisé repose sur des salves d’arpèges souples tandis que le troisième et dernier propose une accélération dynamique urgente. La Sonate n° 10 en un seul mouvement (2000, rév. 2014) organise une série de confrontations de notes pointées et d’accords dissonants où s’expriment des sections élégantes et d’autres davantage rugueuses. Si ces deux dernières sonates s’appuient sur une sophistication certaine de la pensée et de l’écriture, elles doivent encore beaucoup au climat de la Sonate n° 1 (1959) d’où émerge une ligne mélodique unique discernable (Allegro), puis  un climat nostalgique orgueilleux  (Grave)  et enfin un flux sonore rapide, râpeux et martelé (Allegro final). Des rapports discrets mais certains à plusieurs chansons des Beatles rendent compte du sous-titre de la Sonate n° 4 de 1969.

Les Sonates pour piano de Rääts méritent notre attention et s’éloignent, non sans réussite, des schémas traditionnels, créant un monde sonore propre et attractif. A découvrir.

Plus de détails

Jaan Rääts (né en 1932) : Sonates pour piano (vol. I). Sonates n° 1, op. 11 n° 1 ; n° 2, op. 11 n° 2 ; n° 3, op. 11 n° 3 ; n° 4, op. 36, « Quasi Beatles » ; n° 9, op. 76 ; n° 10, op. 114. Nicolas Horvath, piano. 1 CD Grand Piano GP 765. Enregistré au Studio Paris-Forêt, Achères-la-Forêt, France, les 10 juillet 2016 et 14 octobre 2016. Notice en anglais et français. Durée : 51’29

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.