À emporter, CD, Musique symphonique

Ozawa et Argerich, affiche prestigieuse au service d’un Beethoven traditionnel

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Symphonie n° 1 ; Concerto pour piano et orchestre n° 1. Martha Argerich, piano ; Mito Chamber Orchestra, direction : Seiji Ozawa. 1 CD Decca Classics. Enregistrements réalisés à la tour Mito, Mito City (Japon) en janvier et mai 2017. Durée : 60:37

 

ozawa-argerichL’image de couverture illustre bien le retour de deux légendes de la musique, au service d’un répertoire on ne peut plus balisé. Reflet de deux concerts donnés au Japon en 2017, le programme est interprété de façon irréprochable, mais sans surprise ni véritable originalité.

Mito est une ville située au centre du Japon, à une centaine de kilomètres au nord de Tokyo. En 1990, pour célébrer l’inauguration du complexe culturel de l’Art Tower Mito, l’orchestre de chambre de Mito a été fondé. Orchestre non permanent, il joue, selon les concerts, avec ou sans chef. en est l’un des chefs les plus fréquents. Ce programme Beethoven met en valeur la qualité incontestable d’homogénéité et de clarté de l’ensemble. Ozawa privilégie la vivacité et la clarté rythmique dans la symphonie, dans une lecture qui associe un geste d’un romantisme classique et une volonté de décantation des lignes, qui prouve que les apports de musiciens comme Harnoncourt ou Gardiner dans ce répertoire ne lui ont pas échappé.

Le concerto fait venir la grande en invitée de marque. Sa lecture demeure toujours empreinte de poésie et de virtuosité flamboyante, mais jamais ses embardées ne déstabilisent l’orchestre, tant l’accompagnement d’Ozawa se révèle attentif, sinon attentionné vis à vis de sa soliste. Seul regret : on connaît bien, par des disques antérieurs, la vision de de ce concerto, et cette nouvelle lecture fait regretter une fois encore que le répertoire de la grande pianiste reste toujours restreint aux mêmes concertos, sans jamais s’élargir. Au total, voilà un disque à l’affiche prestigieuse, qui tient ses promesses, mais ne bouscule pas une discographie surencombrée, tant pour la symphonie que pour le concerto. Il arrive souvent que des concerts, aussi réussis soient-ils, ne donnent pas naissance pour autant à des disques mémorables…

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Symphonie n° 1 ; Concerto pour piano et orchestre n° 1. Martha Argerich, piano ; Mito Chamber Orchestra, direction : Seiji Ozawa. 1 CD Decca Classics. Enregistrements réalisés à la tour Mito, Mito City (Japon) en janvier et mai 2017. Durée : 60:37

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.